Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 612 119
Newsletter
Archives
30 août 2008

ODA A LA GUITARRA

ODA A LA GUITARRA
Delgada línea purade corazón sonoro.Eres la claridad cortada al vuelo:cantando sobrevives,todo se irá menos tu forma. No sé si el llanto roncoque de ti se desploma,tus toques de tambor, tu enjambre de alas,será de ti lo mío,o si eresen silenciomás decididamente...
30 août 2008

SAADI

SAADI
Ce beau poème de Saadi ci-dessous est gravé à l'entrée de l'immeuble de l’ONU (Organisation des Nations Unies) à New York . Les enfants d'Adam font partie d'un corpsIls sont crées tous d'une même essenceSi une peine arrive à un membre du corpsLes autres...
29 août 2008

LA HUCHE A PAIN...Extrait

LA HUCHE A PAIN...Extrait
Je fais retraite chez les oiseaux. Cela vaut bien lesmonastères et leur mise en scène sacrée! A midi, le soleil abat ses lanières d'or sur mes épaules. Ai-jebesoin d'une autre discipline pour expier tous lespéchés commis envers les quatre éléments ? Je...
29 août 2008

L'ABÎME DE L'ABÎME...Extrait

L'ABÎME DE L'ABÎME...Extrait
Non, plus un seul mot qui pourrait transparler le silence! Mais il peut être que dans cette vallée de brumes vous soyez en train de déguster par modestie une caille, plus petite tout de même qu’une perdrix... Votre seule salive toutefois trahit que vous...
29 août 2008

IL N'Y A PAS DE PARADIS...Extrait

IL N'Y A PAS DE PARADIS...Extrait
Je dénonce ma vie et j'y restepar désarroi ou par malice,par vaillance et par sot plaisir.Je me déjuge et me dénude.Je me déborde, inachevé.Je me dénombre, impossible.Je ne sais plus ce que je cherche,poursuivant sans avancerune ascension parmi la terrejusqu'à...
28 août 2008

LA LUTTE POUR LE SOUVENIR

LA LUTTE POUR LE SOUVENIR
Mes pensées se sont peu à peu éloignées, mais ayant abordé un sentier accueillant, je repousse les contrariétés tumultueuses et je m'arrête, les yeux fermés, grisé par un parfum de passé que j'ai conservé, durant mon petit corps à corps avec la vie. J'ai...
28 août 2008

ENVOIE-MOI L'AMOUR

ENVOIE-MOI L'AMOUR
Loin de moi cet amour qui ne connaît point de mesure, car, pareil au vin écumant qui a rompu ses vaisseaux,il court à sa perte en un instant. Envoie-moi l’amour, frais et pur comme la pluie, qui bénit la terre altéréeet remplit les jarres d’argile de...
28 août 2008

CELEBRACION DE ELLA

CELEBRACION DE ELLA
Mi mirada se pierde en las regiones del cuerpo.El mayor océanoes el cuerpo de una mujer enamorada. No entrarás en la noche del cuerpoa menos que te entregues al sol de la locura. Sueña, sueña,dice la rosa marchita. . ADONIS .
28 août 2008

NOCES...Extrait

NOCES...Extrait
Au printemps, Tipasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l'odeur des absinthes, la mer cuirassée d'argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres. A certaines...
28 août 2008

OURIDA NEMICHE NEKKACHE

OURIDA NEMICHE NEKKACHE
« Si tu décides d’aller vers le désert Apprends d’abord l’humilité Car là où tu poseras tes pieds Aucun bruit ne se fera Sache que dans l’immense silence Tu n’entendras que les pas de ton cœur » . OURIDA NEMICHE NEKKACHE . ""Je vois mon pays de pierres...
28 août 2008

C'EST DIMANCHE, JE PENSE A VOUS...

C'EST DIMANCHE, JE PENSE A VOUS...
Aujourd’hui, une larme acide montera en moi Et je la subirai Elle me dira une douleur impensable Et je l’écouterai Elle me dira le crachat sur la mémoire Et je la maudirai Elle descendra en balafre sur ma joue Et sur mes lèvres je reconnaîtrai son goût...
28 août 2008

ODA AL HILO

ODA AL HILO
Este es el hilode la poesía.Los hechos como ovejasvan cargadosde lananegrao blanca.Llámalos y vendránprodigiosos rebaños,héroes y minerales,la rosa del amor,la voz del fuego,todo vendrá a tu lado.Tienes a tu merceduna montaña,si te ponesa cruzarla a caballote...
28 août 2008

ODAS ELEMENTALES...Extrait

ODAS ELEMENTALES...Extrait
Voici le fil de la poésie. Les faits comme des moutons portent de la laine noire ou blanche. Appelle-les et il viendra de prodigieux troupeaux, héros et minerais la rose de l'amour, la voix du feu tout viendra près de toi. Tu ne peux pas le faire, il...
28 août 2008

MAHMOUD DARWICH EN ESPAGNOL

MAHMOUD DARWICH EN ESPAGNOL
Con una de copa de licor engarzada de lapislázuli,espérala.En el estanque de aguarodeado de la tarde y la fragancia de las flores,espérala.Con la paciencia del caballodispuesto a los declives de la montaña,espérala.Con el tacto delicado del alto príncipe,espérala.Con...
27 août 2008

TERCER RECUERDO

TERCER RECUERDO
... detrás del abanico de plumas de oro... G.A. Bécquer . Aún los valses del cielo no habían desposado al jazmín y la nieve, ni los aires pensado en la posible música de tus cabellos, ni decretado el rey que la violeta se enterrara en un libro. No. Era...
27 août 2008

LE CHANT DU FIGUIER

LE CHANT DU FIGUIER
S'ils t'interrogent dans mille ans Sur l'éternité de mon miel Dis leur qu'il rajeunit tous les printemps D'un pollen rouge qui défie la mort Et de fleurs souveraines qui décorent la liberté S'ils demandent aux larmes du poème D'où nous vient notre plume...
18 août 2008

ZORONGO GITANO ( TANGOS )

ZORONGO GITANO ( TANGOS )
Las manos de mi cariñote están bordando una capacon agremán de alheliesy con esclavinas de agua. Cuando fuiste novio míopor la primavera blanca, los cascos de tu caballocuatro sollozos de plata. La luna es un pozo chicolas flores no valen nada; lo que...
18 août 2008

ALBUM DE LA ISLA NEGRA...Extrait

ALBUM DE LA ISLA NEGRA...Extrait
Dans tes rêves naissent les ailes azur que je garde dans ce livre perdu Je collectionne tes larmes. . PABLO NERUDA
17 août 2008

TOROS...Extrait

TOROS...Extrait
I Entre les eaux, les eaux du Nord, les eaux du Sud, l’Espagne était sèche. Assoiffée, dévorée, tendue comme un tambour, sèche comme la lune était l’Espagne, et vite, qu’on arrose avant que cela brûle. Tout était ocre par avance, d’un ocre vieux et piétiné,...
17 août 2008

RESIDENCE SUR LA TERRE...Extrait

RESIDENCE SUR LA TERRE...Extrait
Si seulement tu touchais mon cœur, si seulement tu posais ta bouche sur mon cœur, ta bouche fine, tes dents, si, telle une flèche rouge, tu posais ta langue là où mon cœur poussiéreux martèle, si tu soufflais dans mon cœur, près de la mer, en pleurs,...
1 2 3 > >>
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires