A l'aube cristalline d'un jour nouveau
sous les fastes de la voie lactée,
bénie par le baiser cuivré de la lune,
telle une épure,
dans sa robe de neige au parfum
d'oranger


                                                                elle chante...                                                                       
Sur son visage d'aurore, ses lèvres , pétales de
bougainvillés
psalmodient le pouls de l'Andalousie ,
qui naît et meurt dans la beauté du chant....


Coeur d'ambre, cils baissés, le timbre est voilé;
le souffle se fait complainte jusqu'au firmament,
hymne sacré, mélopée originelle...
Les corps frémissent, s'élancent,
des mains et des pieds rythment les douleurs et les joies,
noces de l'ombre et de la lumière,
vertiges de la mort et de la vie...


L'appel de la guitare, éternité d'amour, attire
les transes de l'absolu, la quête spirituelle,
quand souffle l'esprit et l'innocence du monde...
La voix, couleur de flamme, est rhapsodie,
le chant, poéme, amour et ruisseau de miel blond,
murmure ou fulgurance de l'orage...


C'est l'heure des étoiles, ruche de silence,
errance éternelle du coeur et de l'âme...
Dans la douceur féminine de la nuit,
oasis parfumé de la terre andalouse,
le cri sauvage du soleil s'élève
aux matins transparents du monde,
fusionne sangs et origines
à ces chants de solitude, exil ancestral...

A l'aube cristalline d'un jour nouveau,
Telle une épure,
Dans sa robe de neige au parfum
d'oranger


elle chante...

 

.



                          
©  CAROLINE ORTOLI                        

28/02/07

.

 

peter lindbergh2,

Photographie Peter Lindbergh