paracasblog1


Plainte mauresque
qui longe obscurément la double éternité
Du ciel gigantesque et des arènes fauves
Portée dans l'effroi par d'héroïques cimeterres
Vers les limpides pâturages d'Andalousie
Plainte qui se déchire comme un feu de joie à travers les broussailles du temps
Qui se glisse dans les siècles
Et brûle les guitares en des flambées de chansons des rues
Jusqu'à la geste miraculeuse des Indes
Lorsque les Castillans pilleurs de mondes
Ravissaient des patries de l'aube jusqu'au couchant.
Echevelée par la pampa
Devenue guitare créole
Entremêlant les peines
De Quichuas abâtardis
Disloquée par l'isolence du port
Redevenue pilori de vies encanaillées
Et lieu de dévotion des filles de joie
Elle s'est enfouie si profond en nos coeurs
Que si, par une belle nuit une fenêtre
La régale à la rue, dans une sonore générosité
Le promeneur sent qu'on lui prend le coeur entre les mains...

               Jorge Luis BORGES ( 1899-1986)


Il faut savoir ,pour la compréhension du texte, que ce poème a été écrit par un auteur d'origine espagnole ,...mais d'Amérique Latine...


.