Le miel est la parole du christ

L’or fondu de son amour,

L’au-delà du nectar,

La momie de la lumière du paradis.

 

 

La ruche est une chaste étoile,

Un puit d’ambre alimenté au rythme des abeilles,

Le sein des campagnes, tremblant d’arômes et de bourdonnements…

 

 

Le miel est l’épopée de l’amour,

La matérialité de l’infini,

L’âme et le sang plaintif des fleurs

Condensés à travers un autre esprit.

 

 

Et le miel de l’homme est la poésie

Qui coule de son cœur endolori,

Rayon dont la cire est le souvenir,

Façonnée par l’abeille la plus intime.

 

 

Le miel est la bucolique lointaine

Du pasteur, la flûte et les oliviers,

Le frère du gland et du lait

Qui régnaient en l’âge d’or.

 

 

Comme le soleil du matin, le miel

A tout le charme de l’été

Et la fraîcheur ancienne de l’automne.

C’est la feuille morte et le blé.

 

 

Ô divine liqueur d’humilité

Aussi sereine qu’un vers primitif !

 

 

Tu es l’harmonie incarnée

Et la géniale essence du lyrisme

En toi dort la mélancolie,

Le secret du baiser et du cri.

 

 

Ô douceur ! Le doux est ton attribut,

Doux comme le ventre des femmes,

Doux comme les yeux des enfants,

Doux comme l’ombre de la nuit,

Doux comme une voix, ou comme un lys.

 

 

Soleil qui éclaires les pas

De celui qui porte la peine et la lyre,

Tu équivaux à toutes les beautés,

A la couleur, à la lumière, à la musique.

 

 

.

 

 

FEDERICO GARCIA LORCA

 

 

.

 

 

 

caro2

Caroline Ortoli