.....Le malaise de notre civilisation, ce n'est pas l'absence de l'amour, c'est la banalisation de la sexualité. L'acte sexuel, l'acte d'amour, fait partie de l'immensité d'un rapport entre deux corps, c'est l'apogée d'un grand voyage à deux à l'intérieur du secret de la chair, c'est pourquoi banaliser le rapport sexuel, c'est le couper de toute une culture, de toute civilisation du corps, c'est voir l'acte sexuel comme un but en soi alors qu'il fait partie d'un tout....Je ne peux pas voir le charnel en dehors du spirituel. On ne fait pas l'amour par le corps, mais par l'esprit. Puique nous sommes humains et que l'être humain est à la fois corps et esprit....Le corps de la bien-aimée, c'est comme une lumière dans l'obscurité.Cette femme-lumière est en même temps fin et moyen, fin dans les limites de l'acte lui-même, et moyen pour mieux sentir, pour bien comprendre le mystère de l'univers.Le mystère doit être humain, car l'essence de l'être humain, c'est de dépasser sa finitude. L'humain est fini mais il est infini dans sa finitude. Il la dépasse. Là se trouve le mystère de l'acte sexuel et de l'amour.

En apparence, il y a deux corps, mais en profondeur, faire l'amour, c'est s'unir à l'univers à travers le corps. C'est s'unir avec l'essence de l'univers.

Rares sont les êtres  qui vivent vraiment une sexualité fusionnelle.... Pour se rencontrer, deux corps doivent avoir une haute conscience. Aimer demande d'avoir une trés grande culture. Pour avoir un rapport amoureux qui soit au niveau de la grandeur de l'humain, il faut avoir un grand esprit, une grande vision, une grande création...C'est une sorte d'ascension vers le sommet de l'existence. Les êtres humains ne sont pas égaux dans cette ascension. C'est en ce sens que je dis que l'amour est une création...

Alors, je gagne un peu plus de vie tous les jours sur la mort en aimant....

...Aujourd'hui, on est dans un monde qui fait semblant d'aimer, qui ne vit que dans le semblant d'amour. Nous sommes dans une société qui tue l'humain, tout le temps, chaque jour. Quand on tue l'humain, on tue la créativité. Toutes les dérives que nous voyons entre les hommes et les femmes dans la société actuelle, proviennent d'une idéologie de la possession, de la lutte pour l'argent, de la haine sociale. C'est une société de l'anti-amour, de l'anti-sensible...

.

 

 ADONIS

(tiré de " identité inachevée "-2004 edt du rocher)

 

 

SSENDU_BB

Oeuvre Caroline Ortoli

 

.