Il est des parfums inoubliables

Au crépuscule d'un jour magique
A l'aube d'une promesse de vie
Où la mer odorante et vagabonde,
Où la terre, lourde des senteurs du maquis,
Dans l'indolence fiévreuse de l'été,
Offrent comme un refuge aux libres créatures,
Son temple de beauté, de couleurs, de fragrances,
Fascinantes et ensorcelantes compositions de la nature.....

Mais au dessous d'un ciel cruellement bleu,
S'élèvent les sourdes plaintes des êtres qui s'enfuient
Devant cet embrasement vomissant de flammes,
Suffoqués par un suaire de fumée envahissant...

Toi, homme, façonné à toutes les perversions,
Par tes « jeux » destructeurs,tu ne sèmes que l'irréparable...
Qu'as-tu à faire de la justice, puisque la justice renonce !...
Aucun repentir, juste cette affligeante réalité
D'une bêtise consacrée, mise à nue, rude, débile...
Sache qu'il y a plus à craindre que le courroux d'autrui...
Toi, homme, de ce terrible paysage, tu tires jouissance ;
Le berceau de tes Anciens n'est que ruines...
De cet innocent paradis, la vie s'efface
Et ne se révèle plus qu'un souvenir...
Toi, homme, chancre du cœur,
Par intérêt, livre ton pays à de piètres appétits corrompus...
Homme, honte à toi qui sacrifie sans vergogne notre « terre-mère ».
On raconte qu'un jour, les enfants de tes enfants
Vivront et mourront sur un tas de cendres...
Terre oubliée, désormais femme stérile,
Où tout ne sera que désolation et horreur,
Et lorsque ce jour viendra
Tous diront que TOI...
Tu ne méritais pas le nom d'HOMME !!!....

...Il est des parfums inoubliables
Au crépuscule d'un jour magique
A l'aube d'une promesse de vie....

 

.

 



CAROLINE ORTOLI

 

 

 

.

 

FEU5

Caroline Ortoli