samedi 25 août 2007

LE SABLE ET L'ECUME...Extraits

Je marche éternellement sur ces rivages, entre le sable et l'écume. Le flux de la marée effacera l'empreinte de mes pas, et le vent emportera l'écume. Mais la mer et le rivage demeureront éternellement.       Ils me disent dans leur éveil: « Toi et le monde dans lequel tu vis n'êtes qu'un grain de sable sur le rivage infini d'une mer infinie. » Et dans mon rêve je leur réponds : « Je suis la mer infinie, et tous les mondes ne sont que des grains de sable sur mon rivage. »       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 25 août 2007

CHANT VII....

Penché dans les soirs je jette mes tristes filets à tes yeux océaniques. Là s’étire et flambe dans le plus haut brasier ma solitude qui tourne les bras comme un naufragé. Je fais de rouges signaux sur tes yeux absents qui palpitent comme la mer au pied d’un phare. Tu ne retiens que ténèbres, femme distante et mienne, de ton regard émerge parfois la côte de l’effroi. Penché dans les soirs je tends mes tristes filets à cette mer qui bat tes yeux océaniques. Les oiseaux nocturnes picorent les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 24 août 2007

UN ENFANT

Un enfantÇa vous décroche un rêveÇa le porte à ses lèvresEt ça part en chantantUn enfantAvec un peu de chanceÇa entend le silenceEt ça pleure des diamantsEt ça rit à n'en savoir que faireEt ça pleure en nous voyant pleurerÇa s'endort de l'or sous les paupièresEt ça dort pour mieux nous faire rêverUn enfantC'est toute une merQui dépose ses perlesSur la portée du ventUn enfantC'est le dernier poêmeD'un monde qui s'entêteÀ vouloir devenir grandEt ça demande si les nuages ont des ailesEt ça s'inquiète d'une neige tombéeEt ça s'endort... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 24 août 2007

VUELVE, ESPANA

Vuelve, España España, España corazon violeta, me has faltado del pecho, tù me faltas no como el sol en la cintura sino como la sal en la garganta, como el pan en los dientes, como el odio en la colmena negra, como el dia sobre los sobresaltos de la aurora, pero no es eso aùn, como el tejido del elemento visceral, profundo parpado que no mira y que no cede, terreno minéral, rosa de hueso abierta en mi razon como un castillo. PABLO NERUDA
Posté par emmila à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 24 août 2007

JACQUES BREL

  "... Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence, aux vertus négatives de notre époque.Je vous souhaite surtout d'être vous." JACQUES BREL     Jacques Brel    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 23 août 2007

PRIERE GITANE...

NOTRE DAME DES GITANS Veille sur nous, Sainte Marie,O notre Dame des Gitans (bis) 1. Toi que Jésus choisit pour Mère,tu l'as suivi jusqu'au CalvaireReste avec nous dans la vie, Sainte Marie.2. Vois notre peine, notre misère, que nous traînons sur cette terreReste avec nous dans la vie, Sainte Marie.3. Avec Jésus la délivrance, dans notre coeur vit l'Espérance Reste avec nous dans la vie, Sainte Marie
Posté par emmila à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 août 2007

ET ICI...

Et ici "Je suis métis " , crie un peintre a la palette enflammée , " Je suis métis " , me crient les animaux persecutés , " Je suis métis " , clament les poètes pèlerins , " Je suis métis " , résume l'homme qui me croise dans la douleur quotidienne de chaque coin de rue , et jusqu'à l'énigme pétrifiée de la race morte caressant une vierge de bois doré : " Il est métis ce fils grotesque de mes entrailles . " Moi aussi je suis métis a ma manière :... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 23 août 2007

LES SINGES...

                      Avant eux avant les culs pelés La fleur l'oiseau et nous étions en liberté Mais ils sont arrivés et la fleur est en pot Et l'oiseau est en cage et nous en numéro Car ils ont inventé prisons et condamnés Et casiers judiciaires et trous dans la serrure Et les langues coupées des premières censures Et c'est depuis lors qu'ils sont civilisés Les singes les singes les singes de mon quartier Les singes les singes les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 22 août 2007

HABER LLEVADO EL FUEGO UN SOLO INSTANTE...

Contemplo yo a mi vez la diferenciaentre el hombre y su sueño de más vida,la solidez gremial de la injusticia,la candidez azul de las palabras. No hemos llegado lejos, pues con razón me dicesque no son suficientes las palabraspara hacernos más libres.Te respondoque todavía no sabemoshasta cuándo o hasta dóndepuede llegar una palabra,quién la recogerá ni de qué bocacon suficiente fepara darle su forma verdadera.Haber llevado el fuego un solo instanterazón nos da de la esperanza.Pues más allá de nuestro sueñolas palabras, que no nos... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 22 août 2007

LE PETIT PRINCE...Extraits

« - Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli...- Je suis un renard, dit le renard.- Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis si triste...- Je ne peux pas. Je ne suis pas apprivoisé.- Ah ! pardon, fit le petit prince. Mais après réflexion, il ajouta : qu'est-ce que signifie « apprivoiser »? [...]- C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens »...- Créer des liens ?- Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,