dimanche 2 septembre 2007

ESPANA QUE PERDIMOS, NO NOS PIERDAS

guárdanos en tu frente derrumbada,conserva a tu costado el hueco vivode nuestra ausencia amargaque un día volveremos, más veloces,sobre la densa y poderosa espaldade este mar, con los brazos ondeantesy el latido del mar en la garganta. Hoy que llevo mis campos en mis ojosy me basta mirar para verlos crecersiento vuestra llamada, prados de verde edad,oigo vuestra palabra, árboles de cien años,y os busco inútilmente a través de la tarde.Ni el vuelo de los trinos ni el canto de las ramashan de romper el duro silencio de mi boca.Si me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 2 septembre 2007

PASAREMOS

Canto a los mineros asturianos Miguel Angel Asturias(1937) Está temblando el vientre de la tierray ahora que el invierno se ha idocosecharemos sobre ella la victoria :¡ Pasaremos !Los que venían de destruir a  Guernica,machacada en nuestra carne, en nuestra carne,en nuestra carne ;los que volvían de aniquilar con gases un Imperio,encontraron nuestros pechoscon pulso de guitarras que de rabiahicieron saltar sus cuerdas como garrasy encontraron nuestro gritoque formaba una  «eléctrica muralla»:¡ No pasarán !Pero esos... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2007

SE LE VIO, CAMINANDO ENTRE FUSILES

Se le vio, caminando entre fusiles por una calle larga,   salir al campo frio,   aun con estrellas, de la madrugada.   Mataron a Federico   cuando la luz asomaba.   El peloton de verdugos   no oso mirarle a la cara.   Todos cerraron los ojos ;   rezaron : ni Dios te salva !   -  Muerto cayo Federico   - sangre en la frente y plomo en las entranas -   ... que fue en Granada el crimen   sabed - pobre Granada ! - en su Granada !  -  [...] Se les vio... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2007

ON LE VIT MARCHANT ENTRE LES FUSILS...

ANTONIO MACHADO Le crime eut lieu à Grenade ...   Par une longue rue   Qui donnait sur la campagne froide   de l'aube, encore sous les étoiles.   Ils tuèrent Federico   Alors que pointait la lumière.   Le peloton de bourreaux   N'osa pas le regarder au visage.   Tous fermèrent les yeux ;   Ils prièrent...Dieu lui-même ne te sauverait pas...  -  Federico tomba mort   - du sang sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2007

BEIT HANOUN

BEIT HANOUN Beit Hanoun, Beit Adour-sur-Glane Sur vous je pleure Mes yeux sont asséchés Sur vous j'ai déjà tant pleuré Je croyais que c'en était assez Calvaire toujours recommencé Enfin ne pourrait-il cesser ? Mais l'Europe, France en premier ne fait que ce qu'elle sait le mieux faire : courbée, se taire ! Après les tanks, les obus Après les obus, les chars, Après les chars, les bombes, Après les bombes, les avions, Après les avions, les missiles, Après les missiles, les tanks... Honte et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2007

SUR UNE TERRE ROUGE-SANG...

Sur une terre rouge-sang, Il est né dans la guerre, Il n'a pas choisit de vivre sans paix. Sur cette terre rouge-sang, Né en pleine guerre des hommes, Entre la haine et le mépris. Son enfance, son innocence, ils ont pris, Sur sa vie, son destin, ils ont fait un pari. L'ange s'est brisé une aile, Dans la cage, en rage, sans remède eternel. Sur la terre de sa terre qui n'est autre que cris, Débris et étincelles. Sur cette terre rouge-sang, Les hommes s'y sont battus Pour honorer leurs dieux. Sur cette terre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 2 septembre 2007

ET NOUS , NOUS AIMONS LA VIE

ET NOUS , NOUS AIMONS LA VIEEt nous, nous aimons la vie autant que possibleNous dansons entre deux martyrs. Entre eux, nous érigeons pour les violettes un minaret ou des palmiersNous aimons la vie autant que possibleNous volons un fil au ver à soie pour tisser notre ciel clôturer cet exodeNous ouvrons la porte du jardin pour que le jasmin inonde les routes comme une belle journéeNous aimons la vie autant que possibleLà où nous résidons, nous semons des plantes luxuriantes et nous récoltons des tuésNous soufflons dans la flûte la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2007

FEMME...OBSCURE

Femme... ObscureFemme obscure, énigme de mon erranceMalgré le passage des convois des saisonsJe garde encore l'empreinteDe la suave senteur d'un corpsDont frémit l'arbre d'un lit en exilMa nuit est une longue croisièreUne mer calme où jouent les vaguesEntre les clignements complices des étoilesEt une lune qui défie de sa clartéLe côté sombre du firmament...Femme obscure, statue d'airainIdole mystérieuse qui habite ma penséeJe vis dans l'éternelle absenceDans la déchirure de ma captivité...Et je finis par t'oublier parmi les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2007

IDENTITE CONFISQUEE

IDENTITÉ CONFISQUÉE…J’ai su mais je ne sais plus… !On a décidé de me laver le cerveauOn a pris toutes les donnéesAncrées au fond de la sédentaire mémoireEt on a greffé d’autres cellulesJe ne suis plus le même devant une glaceJe suis un autre dans cette espèce de vieAvec une autre identité… !Je suis mais je ne suis plus moi-mêmeAvec tous les rêves passésAvec mes anciennes pulsionsEt mes mots sont trafiquésJe suis à l’image d’une autre personneAvec une autre carte de tributaireDans les archives de l’administrationDes citoyens sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2007

LE POETE...

LE POÈTE...Il est là, il est ailleurs...Adossé aux vestiges du tempsGardien de tous les patrimoinesIl serpente les flancs des montagnesGarde la falaise contre l’oubliContre l’érosion de la mémoireIl prend sa source dans ses penséesAccompagne la brise dans sa courseS’infiltre comme une ombreEn traduisant ses errances...Des fois il vit en solitaireUn ascète qui essaie de s’oublierDes fois il est parmi les autresPerdu dans l’anonymat des méditations...Il est une silhouette en filigraneUn arbre qui pousse partoutUne eau qui ne tarit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]