lundi 17 septembre 2007

PIERRE RABHI...DES SONGES HEUREUX POUR ENSEMENCER LES SIECLES

Des songes heureux pour ensemencer les siècles...Sachez que la Création ne nous appartient pas, mais que nous sommes ses enfants.Gardez-vous de toute arrogance car les arbres et toutes les créatures sont également enfants de la Création.Vivez avec légèreté sans jamais outrager l’eau, le souffle ou la lumière.Et si vous prélevez de la vie pour votre vie, ayez de la gratitude.Lorsque vous immolez un animal, sachez que c’est la vie qui se donne à la vie et que rien ne soit dilapidé de ce don.Sachez établir la mesure de toute chose.Ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 17 septembre 2007

FILS DE LA LUNE

FILS DE LA LUNE Idiot qui ne comprend pas,La légende qui comme çaDis qu'une gitane imploraLa lune jusqu'au levé du jour.Pleurant elle demandait,Un gitan qui voudraitL'épouser par amour...''Tu auras ton homme,Femme brune''Du ciel, réponditLa pleine lune,''Mais il faudra donner,Ton enfant le premierDès qu'il te sera né...''Celle qui pour un homme,Son enfant immole,Bien peu l'auraient aiméeLune tu veux être mère,Tu ne trouves pas l'amourQui exhausse ta prièreDis moi lune d'argent,Toi qui n'as pas de bras,Comment bercer l'enfant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 17 septembre 2007

LA MONJA GITANA

Silencio de cal y mirto.Malvas en las hierbas finas.La monja borda alhelíessobre una tela pajiza.Vuelan en la araña grissiete pájaros del prisma.La iglesia gruñe a lo lejoscomo un oso panza arriba.¡Que bien borda! ¡Con qué gracia!Sobre la tela pajizaella quisiera bordarflores de su fantasía.¡Qué girasol! ¡Qué magnoliade lentejuelas y cintas!¡Qué azafranes y qué lunas,en el mantel de la misa!Cinco toronjas se endulzanen la cercana cocina.Las cinco llagas de Cristocortadas en Almería.Por los ojos de la monjagalopan dos... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 17 septembre 2007

LA POESIE

La Poésie Et ce fut à cet âge... La poésievint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d'oùelle surgit, de l'hiver ou du fleuve.Je ne sais ni comment ni quand,non, ce n'étaient pas des voix, ce n'étaient pasdes mots, ni le silence:d'une rue elle me hélait,des branches de la nuit,soudain parmi les autres,parmi des feux violentsou dans le retour solitaire,sans visage elle était làet me touchait.Je ne savais que dire, ma bouchene savait pasnommer,mes yeux étaient aveugles,et quelque chose cognait dans mon âme,fièvre ou... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 17 septembre 2007

LA POESIA

La Poesía Y fue a esa edad ... Llegó la poesíaa buscarme. No sé, no sé de dóndesalió, de invierno o río.No sé cómo ni cuándo,no, no eran voces, no eranpalabras, ni silencio,pero desde una calle me llamaba,desde las ramas de la noche,de pronto entre los otros,entre fuegos violentoso regresando solo,allí estaba sin rostroy me tocaba. Yo no sabía qué decir, mi bocano sabíanombrar,mis ojos eran ciegos,y algo golpeaba en mi alma,fiebre o alas perdidas,y me fui haciendo solo,descifrandoaquella quemadura,y escribí la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 17 septembre 2007

ROMANCE DE LA LUNE, LUNE

COMPLAINTE DE LA LUNE, LUNE La lune vint à la forgeen jupe de tubéreuseet l'enfant ouvrit sur elle,ouvrit, ouvrit ses grands yeux.Dans l'air tout ému, la lunebouge ses bras et ses mainsen montrant, lubrique et pure,ses deux seins de dur étain.Va-t-en lune, lune, lune.S'ils arrivaient, les Gitansferaient de ton coeur parured'anneaux et de colliers blancs.Petit, laisse-moi danser.Lorsque les Gitans viendronttes jolis yeux seront clos,sur l'enclume ils te verront.Va-t-en lune, lune, lune,je les entends galoperPetit, ne marche pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 17 septembre 2007

ROMANCE DE LA LUNA, LUNA

La luna vino a la fraguacon su polison de nardos.El niño la mira, mira.El niño la esta mirando.En el aire conmovidomueve la luna sus brazosy ensena, lubrica y pura,sus senos de duro estanoHuye luna, luna, luna.Si vinieran los gitanos,habrian con tu corazoncollares y anillos blancos.Niño, dejame que baile.Cuando vengan los gitanos,te encontraran sobre el Yunquecon los ojos cerrados.Huye luna, luna, luna,que ya siento sus caballos.Niño, dejame, so pisesmi blancor almidonado.El jinete se acercabatocando el tambor del llano.Dentro de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 17 septembre 2007

HIJO DE LA LUNA

HIJO DE LA LUNA Conjuro la luna hasta el amanecerLlorando pediaAl llegar el diaDesposar un calé"Tendras a tu hombre, piel morena- Desde el cielo hablo la luna llena -Pero a cambio quieroEl hijo primeroQue le engendres a élQue quien su hijo inmolaPara no estar solaPoco le iba a querer." Luna, quieres ser madreY no encuentras quererQue te haga mujer.Dime, luna de plata,? Qué pretendes hacerCon un hijo de piel ?Hijo de la luna De padre canela nacio el niñoBlanco como el lomo de un armiñoCon los ojos grisesEn vez de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 17 septembre 2007

ROMANCE SOMNAMBULE

Vert et je te veux vert.Vent vert. Vertes branches.Le bateau sur la mer,le cheval dans la montagne.L'ombre autour de la ceinture,elle rêve à son balcon,chair verte,verts cheveux avec des yeux d'argent froid.Vert et je te veux vert.Dessous la lune gitane,toutes les choses la regardentmais elle ne peut pas les voir.Vert et je te veux vert.De grandes étoiles de givresuivent le poisson de l'ombrequi trace à l'aube son chemin.Le figuier frotte le vent à la grille de ses brancheset la montagne,chat rôdeur,hérisse ses durs agaves.Mais qui... [Lire la suite]
lundi 17 septembre 2007

ROMANCE SONAMBULO

Verde que te quiero verde.Verde viento.Verdes ramas.El barco sobre la mar y el caballo en la montaña.Con la sombra en la cinturaella sueña en su baranda,verde carne, pelo verde, con ojos de fría plata.Verde que te quiero verde.Bajo la luna gitana,las cosas la están mirandoy ella no puede mirarlas.Verde que te quiero verde.Grandes estrellas de escarchavienen con el pez de sombra que abre el camino del alba.La higuera frota su viento con la lija de sus ramas,y el monte, gato garduño, eriza sus pitas agrias.¿Pero quién vendra?¿Y por... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]