Ah ! Te souffler ce que je porte en moi,
                Ô toi mon repos, ô toi mon tourment !
                Vienne le jour où ma langue saura
                Mieux qu'une lettre expliquer savamment...
                Ainsi, Dieu le sait, j'ai changé de vie :
                Je suis en toi pour tout ce que je suis.
                De tous les mets j'ai perdu la caresse
                Et quant à boire, un supplice j'endure.
                Vent de folie sur mes saintes lectures,
                Toi qui justifies amour et jeunesse,
                Tu es soleil, soleil évanoui,
                Voilant à mes yeux sa fuyante image.
                Et quand la lune éblouissante luit
                Sur le troupeau servile des nuages,
                Je vois en elle, unique, ton visage
                Qui, par-delà ses voiles, resplendit.

.

           IBN ZAYDÛN

.

El_20Jem_Thysdrus_20__20Maison_20d_27Africa_20et_20Musee_20__20xxx_20_28Tunisie_2905