mercredi 31 octobre 2007

LA VRAIE AVENTURE DE VIE

le défi clair et haut n'est pas de fuir l'engagement mais de l'oser. Libre n'est pas celui qui refuse de s'engager. Libre est sans doute celui qui ayant regardé en face la nature de l'amour, ses abîmes, ses passages à vide et ses jubilations, sans illusions se met en marche, décidé à en vivre coûte que coûte l'odyssée, à n'en refuser ni les naufrages ni le sacre, prêt à perdre plus qu'il ne croyait posséder et prêt à gagner pour finir ce qui n'est coté à aucune bourse : la promesse tenue, l'engagement honoré dans la traverse sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 31 octobre 2007

L'INCONNU SUR LA TERRE Extrait

« Quelque chose brûle en moi. J'attends, et je n'attends pas.C'est peut-être dans cette rupture, dans cet instant, entre les deux pulsions, l'une qui va vers l'infini du oui, l'autre vers l'infini du non, qu'est le lieu de la vie.Cette lumière qui m'éclaire en moi, et qui ne m'appartient pas, sans cesse me montre l'étendue du possible, ce que je pourrais être un jour, ce que je devrais être.Pareil au feu, à l'étoile, au soleil.J'attends, et en même temps je n'attends pas. » JM LE CLEZIO In, "L'inconnu sur la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 31 octobre 2007

CONSCIENCE

Certaines inconsciences sont pour moi comme des méchancetés. Une parole dite à la légère, un geste qui n'est pas contrôlé, une attitude, un reflet de l'œil, une intonation, un réflexe... et le monde est là, pourri, irrécupérable. L'autre, l'autre qu'on croyait si proche, si vrai, s'enferme tout à coup dans sa coque. Il refuse. Il renie. Il ferme la porte odieuse de son moi, et il ne reste plus, face à lui, que la nuit, vide, désespérante, hostile. Les hommes et les femmes ont parfois de ces inconsciences, suprême force de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 31 octobre 2007

LES NOURRITURES TERRESTRES...Extrait

Nathanaël, te parlerai-je des grenades ? On les vendait pour quelques sous, à cette foire orientale, Sur des claies de roseaux où elles s’étaient éboulées. On en voyait qui roulaient dans la poussière Et que les enfants nus ramassaient. Leur jus est aigrelet comme celui des framboises pas mûres. Leur fleur semble faite de cire ; Elle est de la couleur du fruit. Trésor gardé, cloisons de ruches, Abondance de la saveur, Architecture pentagonale. L’écorce se fend ; les grains tombent, ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 29 octobre 2007

TODO ERA AZUL

Todo era azul delante de aquellos ojos y eraverde hasta lo entrañable, dorado hasta muy lejos.Porque el color hallaba su encarnación primeradentro de aquellos ojos de frágiles reflejos.Ojos nacientes: luces en una doble esfera.Todo radiaba en torno como un solar de espejos.Vivificar las cosas para la primaverapoder fue de unos ojos que nunca han sido viejos.Se los devoran. ¿Sabes? No soy feliz. No hay gocecomo sentir aquella mirada inundadora.Cuando se me alejaba, me despedí del día.La claridad brotaba de su directo roce,pero... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 29 octobre 2007

YO NO QUIERO MÁS LUZ QUE TU CUERPO ANTE EL MÍO

Yo no quiero más luz que tu cuerpo ante el mío:claridad absoluta, transparencia redonda.Limpidez cuya extraña, como el fondo del río,con el tiempo se afirma, con la sangre se ahonda..¿Qué lucientes materias duraderas te han hecho,corazón de alborada, carnación matutina?Yo no quiero más día que el que exhala tu pecho.Tu sangre es la mañana que jamás se termina.No hay más luz que tu cuerpo, no hay más sol: todo ocaso.Yo no veo las cosas a otra luz que tu frente.La otra luz es fantasma, nada más, de tu paso.Tu insondable mirada nunca... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 octobre 2007

VUELO

Sólo quien ama vuela. Pero, ¿quién ama tantoque sea como el pájaro más leve y fugitivo?Hundiendo va este odio reinante todo cuantoquisiera remontarse directamente vivo.Amar ... Pero, ¿quién ama? Volar ... Pero, ¿quién vuela?Conquistaré el azul ávido de plumaje,pero el amor, abajo siempre, se desconsuelade no encontrar las alas que da cierto coraje.Un ser ardiente, claro de deseos, alado,quiso ascender, tener la libertad por nido.Quiso olvidar que el hombre se aleja encadenado.Donde faltaban plumas puso valor y olvido.Iba tan alto... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 29 octobre 2007

DIA LUNA... DIA PENA

Día luna... Día penaHoy día luna día penaHoy me levanto sin razónHoy me levanto y no quieroHoy día luna día penaHoy día luna día penaHoy me levanto sin razónHoy me levanto y no veoA ninguna destinación Arriba la luna Ohea...Hoy día luna día penaHoy me levanto sin razónHoy me levanto y no quieroHoy día luna día muero...Arriba la luna Ohea... Manu Chao Clandestino MARC CHAGALL
Posté par emmila à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 28 octobre 2007

IL EST LIBRE MAX...

Il met de la magie, mine de rien ,dans tout ce qu'il fait Il a le sourire facile, même pour les imbéciles Il s'amuse bien, il n'tombe jamais dans les pièges Il n'se laisse pas étourdir par les néons des manèges Il vit sa vie sans s'occuper des grimaces Que font autour de lui les poissons dans la nasse Il est libre Max ! Il est libre Max ! Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler Il travaille un p'tit peu quand son corps est d'accord Pour lui faut pas s'en faire, il sait doser son effort Dans l'panier de crabes,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 28 octobre 2007

ETAT DES LIEUX

. Je vois des grands Tchernobyl en puissanceJe vois des animaux clônésDes millions d'tonnes de pétrole en souffranceSur des super-tankers rouillésTout en regressant, on s'dit qu'on avanceOn accélère, on tourne en rondLes super-productions font la tendanceMais c'est toujours la même chanson Cassé de l'EstStressé de l'OuestRusé du NordUsé du SudVers quelle certitudeVers quelle latitudeVers quelle lassitudeVers quelle certitudeAller où ?Je vois l'énorme appétit de matière, Cette montagne de déchetsDes sous-marins coulés, mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]