samedi 5 janvier 2008

OCEANE

  Intemporelle je te contemple Souple et lisse , immobile étendue , Exhalant l’insoutenable absolu. Elle se tend et m’attire sans merci, Je perds pied , je cède, Je m’abandonne à son incertitude . PIERRE AMROUCHE PEINTURE  ELEONORE BERNAIR
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 5 janvier 2008

INVITACIÓN

Y en la noche,en la confianza de sus casasles arrancaria sus lenguas llenas de excusa y les robariasus poemas Gregory CORSO De pronto, súbitamente, entrar con escalpelo y en el oscuro museo robarle alcuadro la otra oreja de Van Gogh, solamente su oreja para escuchar en ellacomo en un caracol el mar de su locura.A Gregory Corso le dejo el robo de poemas de los viejos poetas a quienessiempre quiso cercernar sus lenguas: que se robe sus metáforas redondascreadas con manos de alfarero, pero que se alerte, puedo robarle su... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

INVITATION

Et dans la nuit, dans la confiance de leur maisonil leur arracherait les langues pleines d'excuses et leur voleraitleurs poèmes Gregory CORSO ...................... Soudain, entrer brusquement avec un scalpel et dans le musée obscurvoler au tableau l'autre oreille de Van Gogh, seulement son oreille pourécouter en elle comme dans un coquillage la mer de sa folie. À Gregory Corso je laisse le vol de poèmes des vieux poètes à qui ila toujours voulu trancher la langue : qu'il dérobe leurs métaphores rondesmodelées par... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

HYMNES A LA NUIT

Je vais vers l'au-delà,Et toute peineSera un jour un aiguillonDe l'extase.Encore quelques tempsEt une fois délivré,Je gis, enivréDans le sein de l'Amour.La vie infinieCoule puissamment en moi.Je regarde d'en hautVers toi en bas.Près de ce tertreS'éteint ton éclat -Une ombre apporteLa fraîche couronneO ! aspire-moi, Bien-Aimée,Avec force vers toi,Que je m'endormeEt puisse aimer.Je sens de la mortLe flux rajeunissant.Mon sang se changeEn baume et en éther.Je vis des joursPleins de foi et de courageEt je meurs pendant les nuitsDans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

AUTOBIOGRAPHIE

Nâzim HIKMETAutobiographie Je suis né en 1902Je ne suis jamais revenu dans ma ville nataleJe n'aime pas les retours.A l'âge de trois ans à Alep, je fis ma profession de petit-fils de pachaà dix-neuf ans, d'étudiant à l'université communiste à Moscouà quarante-neuf ans à Moscou, d'invité du Comité Central,et depuis ma quatorzième année, j'exerce le métier de poèteIl y a des gens qui connaissent les diverses variétés de poissonsmoi celles des séparations.Il y a des gens qui peuvent citer par coeur le nom des étoiles,moi ceux des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

KYRIE

Kyrié Aux vents mes mots ! À mes lèvres le sel rude de la solitude infinie ! Au coeur de mes yeux, La danse en couleurs froides du tapis de mes errances, L’éblouissement douloureux du pur scintillement Qui décompose en mille reflets le prisme chancelant de ma pensée. Dans le roulis immuable de la chaloupe où j'agonise Je m’émerveille encore de la perfection qui m'enserre où je ne suis rien. Le bleu puissant des atmosphères échauffées Aspirent la vapeur étale des flots offerts à sa tiédeur Et des colonnes triomphantes,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 5 janvier 2008

I VENTI MESSAGERI ( LES VENTS MESSAGERS )

Dì mi zà, dì mi zà, stela di tüti i venti Dì mi tì chè ti và pè tüti i cuntinenti   U Libeci s’anunzia, mì vegnu d’Algeria Hò vistu i bestii armai di cutili e spanzà Doni, veci, garzuni u sangui chè scuriva À mizu à l’inucenti r’hò intesu crià   U Livanti mi disgi là versu a Palestina U populu spasimaiu è sempri in ginugiun Anu amazzaiu a pasgi a guera è sempri viva Metinu u fiogu e dopu preghinu u se Signù   U Gregali si lagna là in Iuguslavia Hò vistu a nevi russa deria a priscisciun Di u populu chè... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

PAROLLE A PEZZI ( BRIBES DE MOTS )

Stu paese In mare ùn finisce Ne cunnoscu Chì l’anu in corpu Ferita ch’ùn si sarra Frizzura accesa Chì tuttu u sale di l’acqua Ùn pò guarrisce. Daretu à u vetru U vetru di u distinu Ci semu Cù a nostra vita proibita È fighjulemu Ciò ch’è no’ puriamu esse S’ellu si sciappava stu vetru Da e nostre mane À noi rese. U to pane Sè andatu à manghjallu in altrò Pane sudatu in lochi stragneri Ma cumu hè ch’ella ùn s’hè spenta A fame A fame di u to locu A... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

A A SBUNURATA ( MATINALE )

A valle s’hè croscia Di bazza calata A notte s’hà lasciatu Quì è culà duie ombre Sott’à i castagni insunnuliti A machja ùn parla ancu È u celu s’hè grisgiu A mio stradella ciotta è passa Longu à fiume diciulone È leva ogni vistica È muschi zitellini Una tintenna persa Trinneca qualchì tirlu Sottu à a filetta azeza È v’anscia in faccia una aria Chì parturisce fole : Stamane mi ne vò Ad aspettà u sole... ............. GHJACUMU  FUSINA ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

CULOMBA ( COLOMBE )

Culomba di lu viaghju sia ne la messagera... Li mandu un fiore di maghju l'ansciu di la primavera... Ad ellu ogni paisaghju cù sta rima furestera... Culomba di lu viaghju sia ne la messagera I mo sogni à lu bercaghju bramanu la suminera... È lu mio core ti spera culomba di lu viaghju ................... PATRIZIA  GATTACECA ............. .................... Colombe toi qui voyage sois-en donc la messagère Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]