Il m’est difficile de maintenir en moi l’indifférence des maux

et de défaire la rigueur du souffle

qu’on réduit au simple fredonnement

et de l’éclat basané du chemin qu’on remonte

à contre courant des calomnies

et des mortifications quotidiennes

témoigne l’asphalte qui retient ma chair comme diffamation

délit contre les bienséances de la majesté du mensonge

et des serments paradoxaux

j’atteste la charité que j’exerce

dans le tollé insupportable des hostilités

car ma raison fait tonner un chant affolant

car seule ma foi m’est caution

des vérités que m’offre la tolérance des préjudices

et des maux-phares sur les sentiers de la honte

                     

RACHID  DZIRI

.

tapis0