Et ces peuples démunis traînant une histoire en loques
une histoire démentie par un futur en hypothèque
Ces peuples abrutis par tant de poubelles
où les enfants jouent le jour et dorment la nuit
des enfants de tous âges et de toutes beautés
des enfants que seul le sommeil caresse

Jour et nuit ces peuples aux mains crochues
s'accrochent de plus en plus aux barbelés
avec le seul espoir que le jour suivant
le soleil se lèvera et la pluie viendra après

Ces peuples qui oublient tous les mensonges
de ces charognards nettoyant ce cadavre qui n'en finit plus

Il y a comme une malédiction à être lucide
dans un monde injuste où tant de sots
se croient grands à terroriser les enfants
tout simplement en appuyant sur un bouton
au nom des marchands de canons
en leur interdisant
de parler la langue de leur maman
Il y a tout de même cet espoir
le rêve du grand soir

qui n'aura jamais lieu

Et les rêves des chimères implorent les mots
de se libérer de ce bagne où les retient le vide

Avant l'aurore j'irai planter quelques sourires
qui fleuriront le matin du grand saut
les pieds dans la source et la cour au soleil
là où une âme errante par caprice par envie
s'ouvre un peu comme la rose du désert
s'offre au ciel dans le chant amazighe

.

ALI KHADAOUI 

Kénitra le 24-03-2003
**************************

C'est un hymne à tous les peuples qui luttent pour leur libération, aux enfants et à la langue mère; mais c'est aussi le cri d'un regret : celui de ne pas voir les rêves de ces peuples se réaliser -la libération de tous les jougs coloniaux, de toutes les exploitations, de toutes les misères du monde. C'est un appel à l'espoir d'un monde meilleur pour tous les hommes sur la terre.
Dans ce combat, l'amazighité est de la partie, et son apport au combat des peuples pour leur liberté et leur indépendance est indiqué par la chute du poème, le dernier vers: « s'offre au ciel dans le chant amazighe ».

.

Sans_titre

Anciennes  écritures Amazighes sur roches