dimanche 20 janvier 2008

LETTRE A POiSSON D'OR...Extrait

  Carcassonne. 4 septembre 1949.   Ta lettre m'a rempli d'une émotion mélanco­lique dont je te saurai toujours gré. Car ma vie tout entière m'y était donnée en une sorte d'éblouissement. Et rien n'est aussi exaltant pour une créature que de sentir en soi tout son destin. Plus haut que la joie, plus haut que la douleur s'élève le chant de la vie où l'homme apprend qu'il a été lui et qu'un fait lui a apporté le privilège de se trouver égal à son infortune. J'étais fait pour l'amour, cela ne veut pas dire que j'étais né... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 20 janvier 2008

LE LIVRE POUR TOI...Extrait

Parce que l'amour a noué nos corps de ses mains divines, comme les enfants nouent les tiges qu'ils arrachent aux prés, parce que nos vies se sont mêlées comme se mêlent les eaux chantantes, je consacre à ta jeunesse un hymne enivré.Je dirai la lumière de tes yeux, la volupté de ta bouche, la force de tes bras, l'ardeur de tes reins puissants et la douceur tiède de ta peau. blanche et dorée comme la clarté du soleil.Je dirai l'emprise de tes mains longues qui font à ma taille une ceinture frémissante ; je dirai ton regard volontaire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 janvier 2008

CYRANO DE BERGERAC...Extrait

Baiser ! Le mot est doux. Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose ; S'il la brûle déjà, que sera-ce la chose? Ne vous en faites pas un épouvantement N'avez-vous pas tantôt, presque insensiblement, Quitté le badinage et glissé sans alarmes Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes ! Glissez encore un peu d'insensible façon Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson !Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse Plus précise, un aveu qui veut se confirmer, Un point rose qu'on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 janvier 2008

ROBERTO JUARROZ...Extrait

Le souffle de lumière, le tremblement concentré qui émane de certaines rencontrescontredit parfois sa propre brièveté et s'étend comme une lente alchimie sur tout le reste de la vie.Posséder ainsi pour toujours quelque chose que l'on n'eut jamais et que l'on n'aura jamais,change la condition de l'homme, modifie ses limites.Les mains se touchent parfois et parfois n'y parviennent pas. Mais les yeux se touchentou quelque chose qui est derrière les yeux.Mais posséder ainsi, toucher ainsi, réduit encore un coin d'éternitéet le fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]