Ici pousse la fleur et la géométrie.
Les mots ont une odeur de roses.
Quelques secrets s'envolent où la main nue se pose,
le vent dans les cyprès est un amour ancien.
Beiteddine épie la vallée
dans la ruse de ses allées.
Les murs ont pleuré de couleurs,
et les plafonds voyagent comme l'eau des fontaines.
Ici dorment matins et violents coups de lune;
quand au bord d'une cour une forme s'affole,
c'est à peine une arcade et déjà un envol
d'oiseaux que la lumière oublie dans les jardins.

.

NADIA TUENI

.

Imad_Beiteddine