mardi 19 février 2008

DIRE : FAIRE

Entre ce que je vois et dis,entre ce que je dis et tais, entre ce que je tais et rêveentre ce que je rêve et oublie,la poésie.                  Elle glisseentre le oui et le non :                   elle ditce que je tais,                  elle taitce que je dis,                ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 février 2008

PESSOA...Extrait

Je ne pense à rien,et cette chose centrale, qui n’est rien,m’est agréable comme l’air de la nuit,frais en contraste avec le jour caniculaire. Je ne pense à rien, et que c’est bon ! Ne penser à rien,c’est avoir une âme à soi et intégrale.Ne penser à rien,c’est vivre intimementle flux et le reflux de la vie…Je ne pense à rien. C’est comme si je m’étais appuyédans une fausse posture.Un mal aux reins, ou d’un côté des reins,mon âme a la bouche amère :c’est que, tout bien compté,je ne pense à rien,mais vraiment... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 19 février 2008

CANCIONERO...Extrait

Le fleuve qui passe perdureDans les vagues de ce passage,Et chaque vague figureL’instant d’un lieu. Suivant son cours, peut-être continue-t-il…Mais la vague qui vient de passerDans sa course devient une autre.Elle ne continue pas : elle a duré.            Quel est l’être qui subsiste           Derrière ces formes apparentes,          La vague qui en rien ne consiste,          Le fleuve qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 19 février 2008

POEMES PAÏENS....Extrait

Je ne suis pas pressé. Pressé pour quoi ?La lune et le soleil ne sont pas pressés : ils sont exacts.Être pressé, c’est croire que l’on passe devant ses jambesOu bien qu’en s’élançant on passe par-dessus son ombre.Non, je ne suis pas pressé.Si je tends le bras, j’arrive exactement là où mon bras arrive.Pas même un centimètre de plus.Je touche là où je touche, non là où je pense.Je ne peux m’asseoir que là où je suis.Et cela fait rire comme toutes les vérités absolument véritables,Mais ce qui fait rire pour de bon c’est que nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 19 février 2008

MÁS ALLÁ DE LOS ÁRBOLES

IAquellas hojas,enormes, ¿qué decían? Un lenguajeparecían formar con su rumor, una lenguaque debía aprender, hecha de grumos.Eran las espesuras removidaspor el viento, allá lejos.Yo acudía al ramaje, a las hojas que hablaban.IICuántas veces las vi agitarse, solo,en escapadas, para estar con ellas,para oír, otra vez, los golpes silenciosos,el viento de la tardeen los nudos, las yemas de los árboles.Pero quién escapaba o creía escapar,si los árboles eran solamente otro espaciode lo inasible, de cuanto queda como suspendidopor sobre la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 19 février 2008

UNA HOGUERA, Y EL CENTRO DE LA MUERTE

IUn rito de febrero llega ahorahasta el fondo del aire: queman ramosde eucalipto, camino de la casa.El aire sabe de ese olor, y soplalas brasas leves, laten en el cielolos reflejos del gris en nubes bajascopiando la ceniza que ya cae,abatida, completa, se diríacumplida por los círculos terrestres.Arden las hojas secas, otro soplodel viento vuelve a remover las ramasexpectantes. Volvían a la tierracomo ceniza temblorosa, juntoa la trevina, por los matorrales,bajo el estrago de febrero.Tierra,en el enigma de las hojas,en el enigma de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 19 février 2008

SUR UNE CONFIDENCE DE LA MER GRECQUE

Ni la chauxni le figuier qui resplendit,ni même le temple aux cent portes-- tu ne pus les compterce sont les portes de toi-même devant le souffle de la mer-- ni même lalumière qui martèle                l'enclume de ce journi la peau éclatante de ce corpsne connaîtront la duréepauvres fragments brisés contre le ciel. Non pas un point immobiledans le temps indivismais le point incandescent de l'instant qui tourne,la somme peut-être d'instants dans le multiple,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]