Que les hippocampes amoureux dépècent l’horreur
Que des bandes de jacinthes poignardent l’indifférence
Qu’Orphée guide vers l’Arcadie Libanais et Palestiniens
Qu’Eurydice brûle les enfers et fonde la joie
Que la paix se berce dans des partitions de Gounod
Que des orphelins rassasiés imposent la justice
Et que des siroccos en furie assassinent la cruauté
Pour faire don de nous avec faim de pluie
Et nous rapatrier dans des brumes de lumière..

.

CRISTINA  CASTELLO

Paris, le 27 juillet 2006
Pendant que la Palestine et le Liban regorgent d’effroi
traduit de l’espagnol (Argentine) par Pedro Vianna
en harmonie avec l’auteure

.

1_MONT