« La vérité que j'expérimente péniblement, parfois, c'est qu'un poème ne commence en réalité qu'avec le lecteur, pas du tout avec le poète qui n'est là que pour transmettre. Un poème écrit, fût-il le plus beau du monde, n'est rien de rien tant qu'il n'est pas aimé par d'autres; il ne commence à exister qu'à partir du moment où il entre dans la chaleur d'un coeur et sourdement habite son silence. Tout son mystère est là. Je le sais. »

.

"Depuis le petit cœur impatient de mon enfance jusqu'à ce vieux cœur meurtri, pantelant, essoufflé, mais toujours plus avide de lumière, je n'ai pas eu d'autre ambition que celle d'être accueilli et reçu comme un poète, de pouvoir me compter un jour au nombre saint de ces divins voyous de l'amour. Je n'ai jamais voulu rien d'autre, et je crois bien n'avoir perdu pas un unique instant d'entre tous ceux qu'il m'a été donné de vivre, en détournant les yeux de ce seul objectif jamais atteint, sans doute, mais visé toujours mieux et avec une passion de jour en jour plus sûre d'elle."

.

ARMEL GUERNE

.

sables_2