Chef-d’œuvre du théâtre de l’horreur
         On le voit tous les jours
Dans des villes aux tours prétentieuses
De riches très riches au-delà des murailles.
Décor macabre d’enfants et de petits vieux
         En lambeaux, faim et soif.
Chef-d’œuvre du théâtre de l’horreur
             Pas de musique.
Tumulte de pas déserteurs
Qui se hâtent dans les rues des patries
             Expatriées.
Chef-d’œuvre du théâtre de l’horreur
Des hommes en pierre, tendus
Immobiles, hurlant au silence.
Des yeux ravis d’assassins armés contre les affamés
Des craquements de bouches et de ventres mendiants
         Des chômeurs, affamés, écartés
Des yeux concaves qui veillent…À quoi ?

Chef-d’œuvre du théâtre de l’horreur.
            Pas d’acteurs.
            Des humains
Dépouilles d’êtres humains
Humiliés, en larmes givrées.
            Assez.
      Il est déjà temps
   D’un regard au ciel
       Vertical
Pour une humanité
En insomnie perpétuelle
En prière toujours.

Contre cette mort.

.

CRISTINA  CASTELLO

.

dalilaguerre

SALVADOR  DALI