mercredi 21 mai 2008

ABSENCE

« […] Je te quitte et m’en vais avec ta propre haleine ;je suis la moiteur de ton corps qui s’évapore .Je te quitte et m’en vais avec sommeil et veille,et dans ton souvenir le plus clair je m’efface .Et je deviens dans ta mémoire comme ceuxQui dans les plaines et les bois ne sont pas nés. Serais-je sang et je m’en irais dans les paumesde tes mains au travail, dans ta bouche de moût.Serais-je tes entrailles, je serais brûléedans tes pas que jamais, plus jamais, je n’entends,et dans ta passion qui tonitrue dans la nuitcomme dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 21 mai 2008

AUSENCIA

Ausencia « […] Me voy de ti con tus mismos alientos :Como humedad de tu cuerpo evaporo ;Me voy de ti con vigilia y con sueňo,Y en tu recuerdo más fiel ya me borro.Y en tu memoria me vuelvo como esosQue no nacieron en llanos ni en sotos. Sangre sería y me fuese en las palmasDe tu labor, y en tu boca de mosto.Tu entraňa fuese, y seria quemadaen marchas tuyas que nunca más oigo,¡ y en tu pasiόn que retumba en la nochecomo demencia de mares solos ! ¡ Se nos va todo, se nos va todo ! . GABRIELA  MISTRAL .
Posté par emmila à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 21 mai 2008

LA DOULEUR DES SEUILS...Extrait

« je dois marcher longtemps encoreembrasser l’espace intérieurm’élever de cercle en cerclemurmurer ce qu’il y a en moide plus pur que l’amour de plus nuque la vie de plus vaste que la mortje dois marcher longtemps encorenaître vivre mourir revivrechaque instant de ma naissanceà mes renaissances survivreau désir immense de la terre et du cielà celui que j’ai de ton corpsje dois marcher longtemps encorepour arriver jusqu’à toiattendre un nouveau printemps peut-êtrecar je ne sais aimerque dans le temps de la lumièreles yeux fixés sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 21 mai 2008

DE DECEMBRE A LA MER....Extrait

je n’existe dit le ventque par ma foliele sable dans mes veinesest rougepreuve de viel’oiseau en mes courantsest mené par mon souffleje loge en la plus haute tourberce le fruit prolixede vos jours doux-amersje ranime l’éternelle flammepousse les océans vers la terrerien ne m’arrêteje suis le même en chaque lieusous d’autres noms on me révèrel’échonaît de la vibration qu’il engendreet moi colportant l’échosur le silence je prendsma revanchej’anime le cerf-volant des âmescar l’âme vità tous les étages du mondele temps du rêve est sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 21 mai 2008

LES HAIES

  Je hais les haies qui sont des murs. Je hais les haies et les mûriers qui font la haie le long des murs. Je hais les haies qui sont de houx. Je hais les haies qu'elles soient de mûres qu'elles soient de houx !       Je hais les murs qu'ils soient en durs qu'ils soient en mou ! Je hais les haies qui nous emmurent. Je hais les murs qui sont en nous. . RAYMOND  DEVOS . JEAN  LURCAT
Posté par emmila à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]