dimanche 29 juin 2008

ISRAEL GALVAN

p style="text-align: center;">
Posté par emmila à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 29 juin 2008

NIDI D'ARAC...

Posté par emmila à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 28 juin 2008

LOS NUEVE MONSTRUOS

I, desgraciadamente,el dolor crece en el mundo a cada rato,crece a treinta minutos por segundo, paso a paso,y la naturaleza del dolor, es el dolor dos vecesy la condición del martirio, carnívora voraz,es el dolor dos vecesy la función de la yerba purísima, el dolordos vecesy el bien de sér, dolernos doblemente.Jamás, hombres humanos,hubo tánto dolor en el pecho, en la solapa, en la cartera, en el vaso, en la carnicería, en la arimética!Jamás tánto cariño doloroso,jamás tan cerca arremetió lo lejos,jamás el fuego nuncajugó mejor su rol... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 juin 2008

FEUILLES D'HERBE...Extrait

Découvrez Rokia Traoré! Esclave aux enchères!J'aide le crieur . . . . cette ganache ne connaît pas son métier. Allons Messieurs voyez-moi là l'étrange créature,Quoi que les enchérisseurs proposent, leur enchère ne saurait être haute assez pour cet homme,Pour cet homme le globe est en gésine demeuré des quintillions d'années sans plante ou animal aucun,Pour cet homme ont les cycles tournoyants régulièrement et sans relâche roulé. Dans la tête que voici la cervelle toute ébahissante,En quoi et sous quoi tient la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 juin 2008

FEUILLES D'HERBE...Extrait

Penser au temps . . . . penser jusqu'au bout la rétrospection,Penser à aujourd'hui . . et aux âges continués dès lors.As-tu pressenti que toi-même tu ne continuerais pas? T'es-tu effrayé de ces insectes-là sous terre?As-tu craint que le futur ne te soit rien? Est-ce rien qu'aujourd'hui? Et le passé sans nul commencement rien?Si le futur n'est rien ils sont tout aussi assurément rien. Penser que le soleil s'est levé à l'orient . . . . qu'hommes et femmes étaient déliés et réels et vivants . .. que toute chose était déliée et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 23 juin 2008

BALLADE DU SORCIER DE MOUGINS

A  Pablo  Picasso .« J’ai pris de la peinture du papier du charbonde la ficelle et des clousj’y ai mêlé de la tôlede la glaise de la colleje l’ai fait cuire avec du cimentde la terre de l’osier des feuilles et du plâtreet j’ai fabriqué des pichets et des verresdes bouteilles des chaises et des guitaresdes chevaux des taureaux et des coqsdes chèvres des colombes et des hibouxdu ciel de la mer des arbresdes chevelures des visages et des femmescherchant depuis toujours à trouver sans chercheret trouvant toujours […]Prince des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 juin 2008

OLLANTA

Naciste en buena cuna con sangre Inca y te formaron con gran amor a la Patria; porque sabían que era tu gran destino, el defenderla como soldado valiente. Si tu designo escrito estaba en la cuna y fue creciendo con el correr de tu existencia; // la noble causa emprendida no será vana, pues has escrito una epopeya en la historia. // (Bis). CORO: Todos estamos muy orgullosos, de ti Ollanta, pues eres grande y tus hermanos tal como tú, son compatriotas, te dan valor. Eres peruano un Paradigma,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 23 juin 2008

GACELA DE LA MORT OBSCURE

« Je veux dormir un instant,un instant, une minute, un siècle ;mais que tous sachent bien que je ne suis pas mort ;qu’il y a sur les lèvres une étable d’or ;que je suis le petit ami du vent d’Ouest ;que je suis l’ombre immense de mes larmes. » . FEDERICO GARCIA LORCA . .
Posté par emmila à 03:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 23 juin 2008

LA LUNA ASOMA

Cuando sale la luna se pierden las campanas y aparecen las sendas impenetrables.    Cuando sale la luna, el mar cubre la tierra y el corazón se siente isla en el infinito.    Nadie come naranjas bajo la luna llena. Es preciso comer fruta verde y helada.    Cuando sale la luna de cien rostros iguales, la moneda de plata solloza en el bolsillo. . FEDERICO GARCIA LORCA .
Posté par emmila à 03:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 23 juin 2008

LE VENT ET LA BELLE

De sa lune en parchemin,par un hybride sentierde lauriers et de cristal,Précieuse s'en vient jouer. De sa lune en parcheminPrécieuse s'en vient jouer.A sa vue le vent se lève,car jamais il ne sommeille. Dis, laisse-moi releverta robe pour voir ton corps.Ouvre entre mes doigts anciensla rose bleue de ton ventre. Lâchant son tambour, Précieuseprend la fuite à toutes jambes.Le vent mâle la poursuit.Avec une épée brûlante.Précieuse, cours vite, vite.Le vent va t'attraper !Précieuse, cours vite, vite,Regarde-le arriver,Satyre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]