jeudi 10 juillet 2008

ETOILE SECRETE...Extrait

Tu prendras tes trésors dans les mains de ton âme. Longtemps, jour après jour, tu les dénombreras, Mais nul, auprès de toi, ne frémira d'attente Quant l'heure de dormir se posera sur toi. (....) .   . . . JEAN  AMROUCHE . . .

jeudi 10 juillet 2008

OLIVIER

Taillader,Forer jusqu'à la racineLa pudeur lourde des sièclesScelle les mâchoires de l’olivierL’arbre n’est pas un aveuMais la question qui sans cesse creuseL’aplat inquiet de nos pensées.quand le bleu et l’ocreConfrontent leurs ossatures Quand khadda grave l’essorDans l’exiguïté d’une cicatricel’arbre enjambe les silencesEt gonfle ses ramures d’invectivesQuand l’oubli renforce ses vigilesQuand la strangulation affine ses noeudsL’olivier devient une mémoireQui ne craint plus de nommer. . TAHAR  DJAOUT .
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 10 juillet 2008

EPITAFIO IDEAL DE UN MARINO

Hay que buscar, para saber tu tumba, por el firmamento. -Llueve tu muerte de una estrella. La losa no te pesa, que es un universo de ensueño-. En la ignorancia, estás en todo -cielo, mar y tierra- muerto. . JUAN RAMON JIMENEZ .
Posté par emmila à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 10 juillet 2008

NE TE SUICIDE PAS...

Ne te suicide pas, Seigneur, voici qu’apparaît une orchidée parmi les ruines,Ne te suicide pas, Seigneur, voici que renaît le ruisseau dans le cratère d’une tombe,Ne te suicide pas, Seigneur, le ciel a mis du givre sur sa balafre, l’océan a guéri sa blessure d’un bandage de corail.Ecoute, Seigneur, ton univers qui était enfantin comme le cartilage, le voilà revenu de sa première fougue, de sa grande désobéissance ;Les comètes continuent de voyager comme des berlines après une halte au carrefour de deux paniques,L’azur n’en est que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]