jeudi 31 juillet 2008

LA GRIVE LITORNE

Voilà une litorne dans le jardin     pieds fermes, oeil vigilant     son ouie sent déjà les lombrics     onduler sous la terre,     chaussée de bottes de peau jaune     elle n’a pas besoin de lever     ses ailes pleines de rosée     ni son plumage de piments     elle voyage sur terre et sur l’herbe     parcourt le parfum du Chili     l’odeur des blés secs,     l’ombre des oranges,     l’air vert de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 31 juillet 2008

CI-GIT ROBIN

Découvrez Carlos Núñez! Aux poètes de Bretagne Armand Robin    Robin des nuits, Robin des bois et des rivières    sans un mot tu t'en es allé dans la paisible mort    des pierres du silence    Tes yeux fermés sur le rêve libertaire    tu gis, tranquille    tel le mendiant sous le porche à Rostrenen et Langonnet.        Robin, anarchiste du Poher    épi trop mûr de la douleur paysanne    résidu exilé aux durs pavés... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 31 juillet 2008

L'EAU

            Avant, il y a l'eau.        Après, il y a l'eau;        durant, toujours durant.        - L'eau du lac?        - L'eau de la rivière?        - L'eau de la mer?        Jamais l'eau sur l'eau.        Jamais l'eau pour l'eau;        mais l'eau où il n'y a plus d'eau;    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 31 juillet 2008

SILENCE

" Tu parles toujours à partir d’un silence contre lequel tu te briseras.          Il n’y aura jamais eu, derrière et devant nous, que le même silence.          Le premier." . EDMOND  JABES .
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 31 juillet 2008

OEUVRES POETIQUES....Extrait

Que sommes-nous? Navires qui passent l'un près de l'autre dans la nuit, chacun avec la vie sur les lignes des vigies éclairéesEt chacun sachant de l'autre seulement qu'il y a là de la vieet c'est tout.Navires qui s'éloignent  pointillés de lumière dans les ténèbres,Chacun indécis et diminuant de chaque côté du noir.Le reste est la nuit muette et le froid qui monte de la mer.                                   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 31 juillet 2008

IL ME FAUDRAIT

  J'approche ta beauté comme un oasis. J'ai tellement soif. Je veux boire ton eau. Je vis en face de toi. J'essaie d'habiter mieux l'espace qui nous lie, faire danser les anges sur la musique humaine, nommer les choses qui nous fuient mais restent en filigrane. Je ne sais pas le dire mais je t'aime tellement. Il y a dans tes yeux une échelle qui monte battre les fruits de l'arbre, une étincelle immense qui allume le monde. Ta main tournant la mienne ouvre la porte de ma vie. Les mots que je t'écris ne seront jamais aussi beaux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,