Voici le fil
                                                 de la poésie.
                                 Les faits comme des moutons
                                                   portent
                                                 de la laine 
                                                    noire
                                               ou blanche.
                                      Appelle-les et il viendra
                                     de prodigieux troupeaux,
                                          héros et minerais
                                        la rose de l'amour,
                                             la voix du feu
                                     tout viendra près de toi.
                                      Tu ne peux pas le faire,
                                               il te faut la filer,
                                                  tire un fil,
                                                fais le venir:
                                         interminable et pur
                                      il sort de tant de lieux,
                                                  de la neige,
                                                 de l'homme,
                                    il est dur parce que fait
                                            de tous les métaux,
                                  il est fragile parce que la fumée
                                       l'a dessiné en frémissant,
                                                   tel est le fil
                                                   de la poésie.
                                                   Il ne faut pas
                                   l'embrouiller de nouveau,
                                   de nouveau le confondre
                                    avec le temps et la terre.
                                   Au contraire c'est ta corde
                                          mets-le à ta cithare
                                     il parlera avec la bouche
                                          des monts sonores,
                                                  tresse-le
                                           et il sera lianes
                                                de navires
                                                 allonge-le,
                                       charge-le de messages,
                                                   électrise-le ,
                                                       livre-le
                                      au vent, aux intempéries,
                                         qu'à nouveau, ordonné,
                                              en une longue ligne
                                             il entoure le monde,
                                                 ou alors, tisse-le,   
                                                         fin, fin,
                                           sans oublier le manteau
                                                          des fées.
                                           Au milieu des hommes,
                                                  et leurs douleurs
                                           lourdes comme des pierres,
                                          au milieu de leurs victoires
                                            ailées comme des abeilles,
                                                         voici le fil
                                                          au coeur
                                                de ce qui se passe   
                                                   de ce qui vient

.

PABLO  NERUDA

.

araignee2

.