Nous ne sommes qu'édifices de cendre
      la mer discute la pluie les rivières font
      de l'ombre aux nuages et d'un coup de crinière
      voici le félin rugissant plus de feu que d'eau
      est sorti de l'arche l'homme invente l'éclair
      sous la neige il est écrit que la nuit a du sang
      sur les dents je le vois le mien tachant les étoiles
      sur le rocher survit l'ivraie au milieu de l'incendie
      comme un message les troupeaux morts broutent la tourbe
      au-dessus de l'homme flambe l'arbre du désir mais au-dessus
      de cet arbre rien pas un nuage du souvenir peut-être autour
      de ce rien en toi scellé dans les os voici qu'il n'y a là-haut
      qu'une fumée et plus de signe l'arbre coupé et tout le vinaigre
      au fond de la plaie as-tu cru t'affranchir d'un poids en niant
      ton flot aux marées du coeur dont chaque feuille est un arbre
      énorme avec un nid de feu au milieu des fourches l'arbre
      qui est lion bouquet proféré par les flammes plante nuage
      dans la chaleur qui s'élève et la mer comme un fauve
      sans laisse qui caresse les laîches on peut dire
      aussi qui lèche les carex les copeaux d'écume
      d'où naissent les mouettes comme des pages
      arrachées à cette forêt qui s'effrite
      allons dévoreur d'ombres allume
      le feu et frotte la pierre
      contre la pierre sort nu
      et pur de la parole
      comme d'une femme
.
JEAN  DIF

.

empreinte_lunaire