Qui te dit que tout disparaisse ?
De l'oiseau que tu blesses,
Qui sait s'il ne reste le vol ?
Et peut-être les fleurs des caresses
Survivent à nous, de leur sol.

Ce n'est pas le geste qui dure,
Mais il nous revêt de l'armure
D'or, des flancs aux genoux,
Et tant la bataille fut pure,
Un ange la porte après nous.

.

.

.

RAINER  MARIA   RILKE

.

.

.

JOAN_MIRO

Oeuvre Joan Miro