lundi 13 octobre 2008

FILS DE LA FOUDRE...Extrait

"Et sans qu'elle ait daigné séduire les geôliersà son corsage s'est délité un bouquet d'oiseaux-mouchesà ses oreilles ont germé des bourgeons d'atollselle me parle une langue si douce que tout d'abordje ne comprends pas mais à la longue je devinequ'elle m'affirme que le printemps est arrivé àcontre-courantque tout soif est étanchée que l'automne nous estconcilié que les étoiles dans la rue ont fleuri en plein midi et très bas suspendent leurs fruits" . AIME  CESAIRE .
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 13 octobre 2008

SINGULIERS...Extrait

"C'est l'heure de l'insomnie, maîtresse de la Terrela torture est l'odeur de ce tempsoù lentement, lentement se figele sang du vivant.Laisse les arbres s’échanger les oiseauxLaisse les fenêtres faire accueil à une aube qui soit autre.Regardons la durée se rompre entre nos mainsEn direction d’un lieu ceint de sa ruptureRupture d’où vont surgir des temps secondsCeux de la houle des massesQuand la toux se mêle au ParadisEt qu’au pain se mêleL’auréole des anges. ». ADONIS .
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 13 octobre 2008

TOUT L'ESPOIR N'EST PAS DE TROP...Extrait

Te perdrec'est retrouver le néant des sablesavec ses os de seiches obstruant ma bouche,c'est retrouver le jour encombré d'épluchures,jonché de squelettes épineux.Toi perdue,mes mains se videront de tout ce qui les faisait gémirou trembler,mes lèvres n'atteindront plus aux voiles du ciel frais,les épines des rosiers ne serviront qu'à composer aumonde un visage barbelé.Toi perdue,je serai ce corps neutreoù les angoisses font halte.Toi perdue,je ne tiendrais dans mes brasque ce tas de sable qui coule,avec la mort embusquée dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 13 octobre 2008

COMMUNE PRESENCE...Extrait

"Redonnez-leur ce qui n'est plus présent en eux,Ils reverront le grain de la moisson s'enfermer dansl'épi et s'agiter sur l'herbe.Apprenez-leur, de la chute à l'essor, les douze moisde leur visage,Ils chériront le vide de leur cœur jusqu'au désir suivant ;Car rien ne fait naufrage ou ne se plaît aux cendres ;Et qui sait voir la terre aboutir à des fruits,Point ne l'émeut l'échec quoiqu'il ait tout perdu.". RENE CHAR .
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 13 octobre 2008

CHANSONS D'AU-DELA...Extrait

"Amer il jaunit le tempset il n'est plus de tempspour encore démentir la mort.Marin toi qui conduisla barque du passage,L'oiseau dans le gréementchante toujours son chant. Je l'écoute au-delà du temps." . JOSE ANGEL VALENTE .
Posté par emmila à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 13 octobre 2008

RESIDENCE SUR LA TERRE...Extrait

Dès cet instant, comme un départ vérifié au loin, sur de funéraires gares de fumée ou des jetées solitaires,dès cet instant je le vois se précipitant dans sa mort,et sens derrière lui les jours du temps qui se referment.Dès cet instant, je sens qu’il part, brusquement, se précipitant dans les eaux, mais quelles eaux, quel océan,et ensuite, sous ce choc, des gouttes surgissent et je sens se produire un bruit,un bruit déterminé, un bruit sourd,une trombe d’eau fouettée par son poids,et de quelque part, de quelque part je sens que ces... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,