" Douceur de marcher sur le sable
Dans le bruit des vagues
Quand l’espace se creuse
Et le jour comme une cave de lumière
Courbe sur nous ses murs de ciel
La mer reste l’impensable naissance et mort
Le portail transparent d’un rien autre
Quittant la ligne de nos pas
Nous sommes les ressortissants de nos rêves
Ébauchant hors de l’ombre les gestes d’écume."

.
.

.
HEATHER  DOHOLLAU

.
.

.
Esquisses