"A l’ivresse d’exprimer, de rompre le silence, d’engager le dialogue avec tout ce qui est, d’augmenter notre capacité d’être, chaque art ajoute un autre plaisir, selon l’usage du sensible que lui commande sa propre vocation.
Couleur ! La Couleur ! Les Couleurs ! Cette qualité que l’homme arrache à diverses substances et qui peut, exilée, avilie, n’être plus qu’un mince ornement plaqué, sans épaisseur et sans poids, il faut que le peintre la rende à sa grandeur première : l’affleurement, la montée à l’air libre, des plus profondes causes. N’est pas rouge ou vert qui veut ! La couleur a mûri dans les entrailles minérales de la vie et de la mort. De feu et de sève, de source et de sang, elle jaillit au soleil du regard qui lui donne force de loi. Elle est le geste et la réponse, la chair de la chair, l’être de l’Être."

.

.

.

.

JEAN TARDIEU

.

.

.

.

.

Beatriz_Moya9

Oeuvre de Béatriz Moya