lundi 23 février 2009

DOMINIQUE SAMPIERO

« Je retrouve mes larmes comme mes propres enfants, le plus fragile de moi-même ne m'effraie plus, au contraire, je me laisse envahir, et la pluie, au-dedans comme au-dehors, lave ce que je ne sais ni de moi ni du monde, et qui me brûlait le coeur. » . .. . .DOMINIQUE  SAMPIERO . . . . .
Posté par emmila à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 23 février 2009

CHEF SEATTLE

L'homme blanc devra traiter les bêtes de cette terre comme ses frères...    Le Grand Chef de Washington nous a fait part de son désir d'acheter notre terre.    Le Grand Chef nous a fait part de son amitié et de ses sentiments bienveillants. Il est très généreux, car nous savons bien qu'il n'a pas grand besoin de notre amitié en retour.Cependant, nous allons considérer votre offre, car nous savons que si nous ne vendons pas, l'homme blanc va venir avec ses fusils et va prendre notre terre.    Mais peut-on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 23 février 2009

LOUANGES DE L'EAU

Parfois, visible et claire, rapide ou lente, elle se fuit avec un murmure de mystère qui se change tout à coup en mugissement de torrent rebondissant pour se fondre au tonnerre perpétuel des chutes écrasantes et éblouissantes, porteuses d'arcs-en-ciel dans la vapeur.   Mais tantôt, elle se dérobe et sous terre chemine, secrète et pénétrante. Elle scrute les masses minérales ou elle s'insinue et se fraie les plus bizarres voies. Elle se cherche dans la nuit dure, se rejoint et s'unit à elle-même; perce, transsude, ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 23 février 2009

L'EAU ET LES RÊVES

L’être voué à l’eau est un être en vertige. Il meurt à chaque minute, sans cesse quelque chose de sa substance s’écoule. La mort quotidienne n’est pas la mort exubérante du feu qui perce le ciel de ses flèches; la mort quotidienne est la mort de l’eau. L’eau coule toujours, l’eau tombe toujours, elle finit toujours en sa mort horizontale. Dans d’innombrables exemples nous verrons que pour l’imagination matérialisante la mort de l’eau est plus songeuse que la mort de la terre : la peine de l’eau est infinie. .. .GASTON ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,