Montagne ô bête magnifique,
        nos racines dans ta crinière,

        quatre saisons bien algébriques,
        un cèdre bleu pour l'inventaire.
        Lisse et royale la mer sans âge,
        le vent doux comme un sacrement,
        Dieu a troqué ses équipages
        contre les cimes du Liban.

        Montagnes ô Montagnes,
        laissez-moi vous aimer
        comme ceux qui n'ont pas d'âge sûr;
        comme on égrène un chapelet
        de légendes et de murmures.
        Laissez-moi vous aimer,
        à genoux comme le paysan et sa terre.
        Doucement la lune sur le soir de vos chevelures.
        Laissez-moi vous bercer
        dans les muscles du vent chaud.
        Alors la vaste paix,
        mobile comme un scherzo.
        IL FUT UN LIBAN DES JARDINS,
        COMME IL EST UNE SAISON DOUCE.

.
.

.

NADIA  TUENI

.
.

.

gib8

OEUVRE DE KHALIL  GIBRAN