Cette nuit-là, je ne le vis pas se mettre en route. Il s’était évadé sans bruit. Quand je réussis à le rejoindre, il marchait, décidé, d’un pas rapide. Il me dit seulement :
― Ah ! Tu es là ...
Et il me prit par la main. Mais il se tourmenta encore :
― Tu as eu tort. Tu auras de la peine. J’aurai l’air d’être mort, mais ce ne sera pas vrai ...
Moi, je me taisais.
― Tu comprends. C’est trop loin. Je ne peux pas emporter ce corps-là. C’est trop lourd.
Moi, je me taisais.
― Mais ce sera comme une vieille écorce abandonnée. Ce n’est pas triste les vieilles écorces..

.

.

.

ANTOINE DE SAINT-EXUPERY

.

.

.

untitled