Ces pages sont des épaves, repêchées au hasard des grè­ves où les abandonnait mon impuissance. Qu'on n'y voie rien de certain, mais seule l'âme arrachée, rage et raison.
Peut-être ai je voulu jadis, en faire un livre qui aurait eu l'orgueil des métaux précieux, mais il y eut examen de l'orage, et j'en restai longtemps hébété par le dégoût de faire que ne compensait pas l'appétit de jouir. Je me conten­tai de sceller dans le silence mes rares et prudentes certitu­des, sans savoir encore que je ne renoncerai pas à être saint.

 

J'ai prétendu être pur, et le Monde s'en est moqué, et j'ai plaint le monde comme un jeu mal joué, un jouet reçu sans joie, dans la nostalgie des merveilles.

 

Laissez-moi vous dire à l'oreille que la vie n'est pas vai­nement vouée au miracle.

.
.

.

PHILIPPE  LEOTARD

.

.

.

 

papier_froisse