Il y avait une fois, dans Bagdad, un calife et son vizir.
Un jour, le vizir arriva devant le calife, pâle et tremblant.

« Par­donne mon épouvante, Lumière des croyants, mais devant le palais une femme m'a heurté dans la foule. Je me suis retourné : et cette femme au teint pâle, aux cheveux sombres, à la gorge voilée par une écharpe rouge, était la Mort. En me voyant, elle a fait un geste vers moi ... Puisque la Mort me cherche ici, Seigneur, permets-moi de fuir me cacher loin d'ici, à Samarcande. En me hâtant, j'y serai avant ce soir. »

Sur quoi, il s'éloigna au grand galop de son cheval et disparut dans un nuage de poussière.
Le calife sortit alors de son palais et lui aussi rencontra la Mort :

« Pourquoi avoir effrayé mon vizir, qui est jeune et bien portant ? » demanda-t-il.

Et la Mort répondit :
« Je n'ai pas voulu l'effrayer mais, en le voyant dans Bagdad, j'ai eu un geste de surprise, car je l'attends ce soir à Samarcande. »

.

INCONNU