Chutes d'oiseaux dans le vent tourbillons de feuilles
        Je marche je marque un temps je m'arrête
        Tu fais passer un ciel immense à l'intérieur de moi
        je jette ma valise mon manteau je t'étreins les yeux fermés
        le printemps vient de m'ensorceler il passe à travers le miroirde l'été
        et debout contre toi je m'enracine dans les pavés


L'hiver m'avait donné de vieux souliers les lacets s'étaient cassés
        je ne savais plus marcher j'avais oublié que je pouvais me tenir droit
        oublié que l'amour faisait débouler les collines
        chavirer dans des couloirs de diamant bourdonner comme les abeilles
        rêver le silence en souriant lèvres douces


Comment ai-je pu hiberner si longtemps ?
        - recroquevillé replié sur moi-même
        Comment ai-je pu vivre sans cette moelle dans mes os ?
        - si courbé si triste si creux un nid de rancunes
        que tu as si simplement apaisées écartées
        comme autant de lest jeté par-dessus bord


        Et en marchant je te porte dans mes bras notre chaleur
        je n'oublierai jamais je n'oublierai jamais
        tes jambes et tes bras serrés autour de moi ta tête enfouie
        ton souffle contre mon cœur dans mes vêtements
        dans mes vêtements - Je n'oublierai jamais
        Je ne sais pas je ne peux pas vivre sans
        cette flamme avec moi
.


KEITH  BARNES

.

enlace