Allié de toujours le soleil
me blesse. Trop porté
                au triomphe, trop glorieux. Il me jette
              dans un jour  qui m'accable.


                    Je lève les yeux, m'accroche
                      aux nuages qui glissent avec une sorte
                        de tendresse. L'azur alentour
                n'est d'aucun secours.
                        Je cherche jusqu'à me perdre
                     ce que j'appelle ton coeur de ciel.

.

.

.

ANDRE  VELTER

.

.

.

Coeur_de_ciel