Puisque nos battements
S'espacent davantage,

Que nos coeurs nous échappent
Dans notre propre corps,

Viens, entr'ouvre la porte,
Juste assez pour que passe

Ce qu'il faut d'espérance
Pour ne pas succomber.
Ne crains pas de laisser
Entrer aussi la mort,
Elle aime mieux passer
Par les portes fermées.

.

JULES  SUPERVIELLE

.

12379_004_44216747

Oeuvre de Giorgio de Chirico