lundi 6 juillet 2009

CHANTS DE LA RIVIERE SOUS LA LUNE...Extrait

Si je pouvais parler - ne serait-ce qu'un instant, à jeun, ou plutôt non, entre deux vins, histoire d'avoir la langue un tant soit peu déliée - à celui qu'on appelle Dieu, je lui dirais : "Que se passe-t'il donc? qu'est-ce que tout cela?... La lune tantôt pleine, tantôt évidée, le firmament, la mer qui roule ses vagues, l'immensité du désert, et même les volcans, les tempêtes, l'explosion des planètes... bravo! Une oeuvre magistrale! Tous les peintres peuvent aller se rhabiller. "Mais ces morceaux de viande que tu produis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 6 juillet 2009

ELOGE D'UNE SOUPCONNEE...Extrait

L'éveil au changement, la conquête, la promesse, la répression. L'aventure fut d'un bout à l'autre douloureuse, masse éclairée lunairement. Allez vivre après ça!   Au frisson de l'écorce terrestre, hommes et femmes exsangues succédaient.Les esclaves ont besoin d'esclaves pour afficher l'autorité des tyrans.    . RENE  CHAR . Oeuvre de Salvador Dali
Posté par emmila à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 5 juillet 2009

LE BOIS SACRE

Un arbre vaincu par la cognée,Mordu par la scie et le rabot.L’arbre avait encore assez de sève,De moelle, de pulpe et de mémoirePour sentir gonfler ce noir printemps. Ah ! plus de racine et plus de branche,Ni bourgeon futur dans les entrailles,Mais l’arbre, enfoncé sans pied ni tête,Debout dans le sol et bras ouverts,L’arbre avait encore assez de fibrePour sentir ces clous qu’on lui plantait,Pour sentir brûler cette sueur,Pour sentir saigner cette agonie,Ô saigner comme un fleuve infini,L’arbre avait encore assez de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 5 juillet 2009

L’AMANDIER MORT OU LE RETOURNEMENT DU POUR AU CONTRE

Un arbre foudroyé la saison précédente se tenait au centre d’un cercle d’autres arbres qui vivaient. Le chapiteau de l’arbre mort offrait encore son énergie. Le bel amandier mort n’attentait pas à la vie. C’est qu’il dessinait un voyage immobile, auquel nous nous trouvions conviés, -le voyage sur place de la montée ascensionnelle des forces mates de la terre vers la courbure du ciel et le mouvement par lequel la matière se dirige vers ce qui n’est plus elle, lorsque la transparence condescend à déposer sur elle. La photographie n’a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 4 juillet 2009

FEUILLES D''HERBE....Extrait

« Mortaises et tenons, mon pied fait socle dans le granit, Je me moque de ce que vous nommez dissolution       Car je connais l’amplitude du temps ».  .. .WALT WHITMAN . . .
Posté par emmila à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 4 juillet 2009

LE FIL DE L'EAU

Je viens d'une haute vagueQui s'agenouille sur le sableM'oublie dans ses remousJe viens du miroir de mes larmes Dans les yeux tendres d'un chienJe viens d'une eau d'origineD'une synergie diluvienne antiqueD'un vent sauvage dans les veinesCapable de faire chanter les rivièresDe ses doigts lissant les lointainsJe ne peux imaginer le jourOù la crue amère des limitesEmportera nos rires nos rêvesL'eau soyeuse de nos mystèresLes traces mêmes de nos pasQui harnachera la douleurQuand elle deviendra couteauQuand les os du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 4 juillet 2009

LE SEL DE LA PERTE...Extrait

  (…) Penser à toi, c’est me tourner vers l’Orient. Le poème, ne se lève-t-il pas à l’est de notre vie ? N’est-il pas ce renouveau, ce baume sur notre part mutilée ? Je t’y associe, toi, le silencieux, le pèlerin du poème. Ton silence est plus mystérieux que tous les tapis d’Orient. Tissé de mots invisibles, de blancs et de calligraphies fertiles. Ta main trace dans l’air des arabesques lisibles de moi seule. J’y accroche une voix, la tienne, un rire, le tien. Tes yeux sont mes yeux. Tout cela m’est donné par ta généreuse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 3 juillet 2009

LE REVOLVER A CHEVEUX BLANCS...Extrait

On vient de mourir mais je suis vivant et cependant je n’ai plus d’âme. Je n’ai plus qu’un corps transparent à l’intérieur duquel des colombes transparentes se jettent sur un poignard transparent tenu par une main transparente. Je vois l’effort dans toute sa beauté, l’effort réel qui ne se chiffre par rien, peu avant la disparition de la dernière étoile. Le corps que j’habite comme une hutte et à forfait déteste l’âme que j’avais et qui surnage au loin. C’est l’heure d’en finir avec cette fameuse dualité qu’on m’a tant reprochée. Fini... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 3 juillet 2009

LA VIE EN DANSANT...Extrait

Tout est départ.Du mouvement il n’y a pas à démordre.Du mouvement dans l’azur ou l’asphalte, les volcans ou les glaces.Le moindre geste a semé des étoiles sur la terre.Qui ne sent la cavalcade, le carnaval, la migration des corps et des pierres ?Le moindre écart a jeté des outrages au ciel.Qui n’accueille les cahots, les blasphèmes, les caresses et les traces ?Le moindre pas a levé d’autres horizons.Qui ne vit d’alertes, de temps anéantis, de souffles brûlants et d’ombres ?Tout est dépense.Tout est désert.Au grand miroir de nos mains... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,