Il faut dormir ma tête il faut t'accoutumer
Aux branches de la nuit serrées sur ton destin
Jusqu'à l'anxiété de finir dans la mer
Allumée de grands voiliers sauvages

Il faut dormir et désancrer le coeur
Lui en habit de mer et toi profonde
Avec tes escaliers joyeux encore
Des instruments de la sanglante fête

Il faut dormir et que tes escaliers
Versent leur cargaison dans l'eau nocturne
Et retourner avec le coeur dans le sein
De toute fête sans voiliers ni instruments

.

.

.

SALAH  STETIE

.

.

.

The_wind_from_the_sea_tg31TADEUSZ_GAZDA

Oeuvre Tadeusz  Gazda