"Ne me demande pas pourquoi j’écris
Ne me demande pas pourquoi tête la première
je plonge dans le tumulte volcanique des syllabes
que le passage de mon corps réveille
Ne me demande pas pourquoi au lieu de dormir
comme font les honnêtes gens
je cloue à minuit des papillons de couleurs et de sons
sur le ciel des solitudes
Ne me demande pas pourquoi je saigne auprès des lampes
Ne me demande pas pourquoi dans la rue
j’enlace le tronc d’un marronnier en pleurant les cheveux sur les yeux
pour ne pas être vu… [..]
Ne ne demande pas pourquoi ceci n’est pas vraiment un poème
mais un feu de mots soudés par la salive le souffle
Ne me demande pas
Écoute. Regarde. Ouvre les milles pupilles sèches de ton sang
Tends l’oreille dans la direction de la rue de la terre sueurs et larmes"
[…]

.

ANDRE  LAUDE

.

PE_jardin