La route est juste
Bordée de tulipes et de pêchers en fleurs
Bordée de pins de chênes de ronceraies

La route est neuve
Son élan guide jusqu'aux pierres ruinées
Son élan montre qu'on ne s'est pas égaré

La route est sûre
Elle mène sagement vers une histoire
Elle mène doucement vers un pays

La route s'abrège et s'ouvre

Le réfectoire donne sur le cloître
Des figures de pierre sourient
La salle capitulaire étonne

De grands arcs épousent le ciel limpide
L'escalier du dortoir s'incline contre le mur
Le vivier poissonneux tutoie la porte des oiseaux

La pierre nue étincelle
L'herbe a son printemps
Le soleil parle tout haut

Tout ici est superflu
Tout est pauvre et nu

La voie droite
Enfin retrouvée

Silence
du chant
de l'âme

.

JEAN-PAUL  CHARLUT

Abbaye de Villelongue (mars 2001)

.

couvent_santa_catalina