mercredi 25 novembre 2009

LA ROUTE DE SAN GIOVANNI ...Extrait

C'est le propre des démons et des anges de se présenter comme des étrangers, visiteurs d'un autre monde. Ainsi les éboueurs émergent des brouillards matinaux, leurs traits restent indistinctement indifférenciés : des mines terreuses - les africains du nord -, un peu de moustache, une calotte sur la tête ; ou - ceux d'Afrique noire - avec seulement le bulbe des yeux qui éclaire leur visage perdu dans le noir ; des voix qui superposent au vrombissement étouffé du camion des sons inarticulés pour nos oreilles, des sons qui soulagent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 25 novembre 2009

LA VOIE RETROUVEE

La route est justeBordée de tulipes et de pêchers en fleursBordée de pins de chênes de ronceraiesLa route est neuveSon élan guide jusqu'aux pierres ruinéesSon élan montre qu'on ne s'est pas égaréLa route est sûreElle mène sagement vers une histoireElle mène doucement vers un paysLa route s'abrège et s'ouvreLe réfectoire donne sur le cloîtreDes figures de pierre sourientLa salle capitulaire étonneDe grands arcs épousent le ciel limpideL'escalier du dortoir s'incline contre le murLe vivier poissonneux tutoie la porte des oiseauxLa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 25 novembre 2009

LE SEPTIEME SENS

L’âme nue, coquillage briséDans un mouchoir de peau.Une algue violette Au cœur du ruisseau,Un trou dans le four à vie ! L’air d’un rire, sa note, son parfum,Puis la coupe noire, vin du pirate,Les fards du défunt. Mains sur le corps Mirage !L’île, clé du silence, La valse des innocents Accrochés aux nuages. Caractères de loups tendres, Des lunes Trop pleines d’attendre,Trouver où rangerLa toile et le venin ! Le chant de l’oiseau dans la neige,L’enfant rouge avale un rasoir.La traînée sombre du cortège,Le port défendu de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 25 novembre 2009

UN COING

C'était en des temps bleus d'enfanceJe dis d'enfance et je vois un verger bruissant de hautes herbesJe dis bleu et je vois si bien par places la petite fleur qui se rit des coquelicots et de Monet C'était en des temps d'enfance vert pâleJe dis d'enfance et j'entr'ouvre une fenêtre sur le port du CroisicJe dis vert pâle et la mer retire ses vagues à Noirmoutier pour me laisser pêcher des crevettes ou des crabesC'était en des temps de bûchers défoncésJe dis bûcher et l'odeur de sciure moisie me prend la gorgeJe dis défoncés et je saisis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 25 novembre 2009

ANDRE LAUDE

"Ne me demande pas pourquoi j’écrisNe me demande pas pourquoi tête la premièreje plonge dans le tumulte volcanique des syllabesque le passage de mon corps réveilleNe me demande pas pourquoi au lieu de dormircomme font les honnêtes gensje cloue à minuit des papillons de couleurs et de sonssur le ciel des solitudesNe me demande pas pourquoi je saigne auprès des lampesNe me demande pas pourquoi dans la ruej’enlace le tronc d’un marronnier en pleurant les cheveux sur les yeuxpour ne pas être vu… [..]Ne ne demande pas pourquoi ceci n’est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 25 novembre 2009

STANCÀGHJINA

« U mondu hè un locu induva s’impara chè par essaùn ci hè bisognu di locu. » Rubertu Juarroz .   (...) A rombu di sfurzà Forza s’era stancata D’un’ alta stancàghjina s’è vo vuleti sapè Stancata d’essa andata è sempri vultata D’essa cuddata senza rifalà D’avè ghjiratu par tutti issi chjassa Spusendu marini Abbraciendu circonda Si sdrughjendu in ogni fiumu Iè stanca era d’ùn essa mai stanca Forza Hè cusi chè i foci l’ani chjamata Par falla vena È vedala pusà accanta à iddi   O stancàghjina... [Lire la suite]