mardi 1 décembre 2009

LETTRE DE MICHEL ONFRAY AU PRESIDENT

LE MONDE | 24.11.09 | 14h05 .Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être, si vous avez letemps. Vous venez de manifester votre désir d'accueillir les cendres d'Albert Camus auPanthéon, ce temple de la République au fronton duquel, chacun le sait, se trouventinscrites ces paroles : "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante". Comment vousdonner tort puisque, de fait, Camus fut un grand homme dans sa vie et dans son oeuvreet qu'une reconnaissance venue de la patrie honorerait la mémoire de ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 1 décembre 2009

POEMES INEDITS...Extrait

Il est l'heure enfin de rassembler l'écume de lier les coïncidences .. l'heure de l'astre égorgé près de la porte fermée par la pluie .. l'heure transparente du silex et de la poussière .. l'heure de la quête sur le chemin d'épine non loin du double et de la frontière .. il est l'heure enfin de rassembler l'écume de lier les coïncidences. . MICHEL  COSEM .
Posté par emmila à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 1 décembre 2009

EN DEPIT DE MES CHEVEUX BLONDS

Mes frèresEn dépit de mes cheveux blondsJe suis Asiatique.En dépit de mes yeux bleusJe suis Africain.Chez moi, là-bas, les arbres n’ont pas d’ombre à leur piedTout comme les vôtres, là-bas.Chez moi, là-bas, le pain quotidien est dans la gueule du lion.Et les dragons sont couchés devant les fontainesEt l’on meurt chez moi avant la cinquantaineTout comme chez vous là-bas. En dépit de mes cheveux blondsJe suis Asiatique.En dépit de mes yeux bleusJe suis Africain.Quatre-vingts pour cent des miens ne savent ni lire ni écrireEt cheminant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 1 décembre 2009

L'ENFANCE AU BORD DES MOTS, LA RUMEUR DES ÂGES...Extrait

Ses mains sont feuilles persistantesd’un arbre venu de si loinque l’écriture aux cent cheminslui doit d’être forêt d’enfance. Elle sait déchiffrer les sources,calculer le poids des saisons,lire les traces des prénomsdes sept petits de la Grande Ourse. Son cœur est un coquelicotapprenant, dans le blé qui lève,à trier le grain des poètespour l’héritage des oiseaux. et le pollen de sa paroletransforme en ruche son école. . DANIEL  REYNAUD .
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 1 décembre 2009

CHEMIN DE PLAIN CHANT

Longtemps il a marché pour rencontrer l'automne. Souvenir de parfums. Entrailles bouillonnantes. Violines anciennes craquant de miel baveux. Rondeurs provocantes. Le figuier salue. Souffrance. Les figues se dessèchent. Tombent. Oubliées. Où sont vos ventres larges craquant de miel ? Seuls crissent quelques grains de mémoire au croisement des jours. Une mouette s'est posée sur le magnolia du jardin. Elle venait de là-bas où tout est vérité. Les hommes ont dit, il faut choisir. Ses doigts glissent. Ils dessinent des toiles d'araignée.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,