samedi 26 décembre 2009

LA HURLE-DEDANS

C'est une sorte de survivante ses chimères la boudent la nient la ricanentpourtant obligée d'en découdre à petits coups de rienelle quête encore comme d'autres bêchentle vide est-il béant ? où le cœur d'une maison se niche-t-il d'abord ? boite à musique déglinguée lorsque les puissances magiques sont opposéess'étiole l'élan nécessairela fausse acuité aguiche ou hérisse la vérité mal greffée le doute qui plombe l'eau qui dort tisse l'or comme le blafardcertains climats sont le challenge vie même un géant enlève une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 26 décembre 2009

LE TEMPS

" Le temps n'est rien d'autre qu'une distension, mais une distension de quoi, je ne sais pas au juste, probablement de l'âme elle-même " . SAINT AUGUSTIN .                                     
Posté par emmila à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 26 décembre 2009

LA NOUVELLE HISTOIRE DE LA CHEVRE DE MONSIEUR SEGUIN

La nouvelle histoire de la chèvre de Monsieur Seguin commence où s'achève la version que nous connaissons tous: « et au petit matin, le loup la mangea! » Et bien non! Dans la nouvelle histoire de la chèvre de Monsieur Seguin, au petit matin, le loup ne la mange point. Les romantiques disent que la petite chèvre se défend toute la nuit avec tant de cœur que le loup, lui, n'a pas le cœur à la manger… Mais un loup est un loup! Or, c'est un jeune loup qui surprend la biquette à la tombée de la nuit, jeune et donc pas encore très... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 26 décembre 2009

LISIERES DU LISIBLE...Extrait

Cela peut-être ne s’atteint que quand nous avons tout perdu ou lorsque ce qui s’écrit ne peut plus être lu, alors le poème se fait si diaphane, si incandescent, qu’il semble s’être vidé ou bien chargé de trop de jour,en fin de compte comment écrire ce qui aurait déjà cessé ou comment entrer dans un espace ouvert infini, comment donner le jour à ce qui n’a jamais cessé, écrire la figure synchrone, intacte de ce qui n’a point de visage, comment se figurer ce qui est sans limite, écrire l’aurore finissante et le couchant à son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 26 décembre 2009

L'ETOILE

Bientôt ils vous demanderont de porter l’étoile. Une toute petite étoile, qu’on voit à peine mais une étoile quand même. Ils vous le demanderont au nom d’un idéal. Ils aiment les grands mots. Ils se battent au nom de la justice et de la liberté. Et c’est au nom de ces grands mots qu’ils vous demanderont de porter l’étoile, la toute petite étoile. Il ne faut pas s’y méprendre. Ils ne sont pas méchants, ni cruels, ils sont raisonnables et plus que raisonnables, il se battent, faut-il le répéter, au nom d’un idéal et cet idéal réclame... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,