Les nuits d’été ferment si mal
qu’il suffirait que l’on se taise
pour que nos mains soudain
se remplissent d’étoiles

.

 

TRISTAN  CABRAL

 

.

 

138