dimanche 10 janvier 2010

ARCANE 17...Extrait

c'est la révolte mêmela révolte qui seule est créatrice de lumièreet cette lumière ne peutconnaître que trois voiesla poésiela liberté l'amourqui doivent inspirer le même zèle et convergerà en faire la coupe même de la jeunesse éternellesur le point le moins découvertetle plus illuminable du coeur humain . ANDRE  BRETON . Oeuvre Max Ernst
Posté par emmila à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 10 janvier 2010

L'ETREINTE DU MONDE...Extrait

Ma table est mise et mes convives sont en retard.      Ont-ils oublié mon invitation, perdu mon adresse en cours de route?  Quel mal a-t-il pu leur arriver?      Depuis des heures, j'attends, « mon oreille suspendue à la porte ».  Je ne sais pas combien seront mes convives, s'ils porteront des habits d'hiver ou d'été, en quelle langue ils lanceront leur salut en entrant.      Ma table est mise.  J'attendrai le temps qu'il faut et qu'il ne faut pas.  Et si j'étais victime... [Lire la suite]
dimanche 10 janvier 2010

LA PROPHETIE DE LA RIVIERE...Extrait

L’amour, quand il a transformé ton dedans, Elijah, c’est … plus que les mots qui s’écrivent, rappelle-toi ça, quand tu écriras, Elijah, rappelle-toi quand tu écriras, tu parleras dans la clarté de tes mots, mais derrière, il faudra faire deviner et sentir les mots qui n’ont de signes que dans le coeur, dans le silence, et dans la nuit. Les mots qui ne s’écrivent pas, mais qui se ressentent, qui s’éprouvent, dans l’âme, là où tout s’écrit, là où rien ne peut se lire de dehors, tu comprends ? Si je pouvais écrire, j’écrirais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 10 janvier 2010

NAVIGATEUR SOLITAIRE

Si j’ai doublé le cap de l’espérance vagueSi j’entaille la mer de sentes hasardeusesSi je griffe les vents de l’ongle de ma voileSi j’agrippe les heures sans désir de revancheet si j’use mes nuits à remmailler des rêves d’embellieSi j’abolis l’espace et ne suis que béanceC’est pour gagner enfin le droit de vivre mon enfance . JEAN-CLAUDE  FAUCHEUX .
Posté par emmila à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 10 janvier 2010

COMME LA DOUCE SOUVENANCE D'UNE SOURCE

Comme la douce souvenance d’une sourceToutes les fleurs se penchent sur ton épauleLorsque tu dorsEt le soleil se hâte dans sa coursePour rattraper vivant ton regard qui s’enfuitEt les poissons qui glissent sous le lys de tes paupièresPeuplent ton rêve de fuites argentéesAu mouvement de la merTon sommeil prisonnier dans un buisson d’abeillesPorte le poids secret de dangereux parfumsQui demeurent en mes veillesComme une habitude de lampesToutes les fleurs d’été visitent ton souffle d’innocenceEt je suis toutes tes poses avec des gestes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 10 janvier 2010

JABES

"Ce qui fait -j'aimerais le souligner- le prix d'une parole n'est pas la certitude qu'en s'imposant, elle marque mais bien au contraire le manque, le gouffre, l'incertitude contre lesquelles elle se débat."  .   EDMOND  JABES   .  
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,