Mon dieu, mon Dieu, cela ne s’éteint pas
                      Toute ma forêt, je suis là qui brûle
                      J’avais pris ce feu pour le crépuscule
    Je croyais mon cœur à son dernier pas.
       

J’attendais toujours le jour d’être cendre
                      Je lisais vieillir où brise l’osier
                      Je guettais l’instant d’après le brasier
                      J’écoutais le chant des cendres, descendre.

 

J’étais du couteau, de l’âge égorgé
                      Je portais mes doigts où vivre me saigne
                      Mesurant ainsi la fin de mon règne
    Le peu qu’il me reste et le rien que j’ai.

 

Mais puisqu’il faut bien que douleur s’achève
                      Parfois j’y prenais mon contentement
                      Pariant sur l’ombre et sur le moment
    Où la porte ouvrant, déchire le rêve.

 

Mais j’ai beau vouloir en avoir fini
                      Chercher dans ce corps l’alarme et l’alerte
                      L’absence et la nuit, l’abîme et la perte
    J’en porte dans moi le profond déni.

 

Il s’y lève un vent qui tient du prodige
                      L’approche de toi qui me fait printemps
                      Je n’ai jamais eu de ma vie autant
    Même entre tes bras, aujourd’hui vertiges.

 

Le souffrir d’aimer flamme perpétue
                      En moi l’incendie étend ses ravages
                      rien n’a servi, ni le temps, ni l’âge

 

Mon âme, mon âme, où m’entraînes-tu ?
                      Où m’entraînes-tu ?

.

LOUIS  ARAGON

.

Photographie Sébastien Brière

sebastien__bri_re