jeudi 18 février 2010

CUADRO FLAMENCO ANTONIO GUERRA, BULERIAS

Posté par emmila à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 18 février 2010

NUEVO BALLET ESPANOL, SANGRE FLAMENCA

Posté par emmila à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 18 février 2010

LE SENS DE LA VIE

La question du "sens de la vie" refait surface en Occident. Après l’effondrement des grands systèmes religieux et des idéologies politiques, chacun d’entre nous est renvoyé à lui-même et s’interroge sur ce qui fait vraiment sens pour lui. C’est sans doute l’une des raisons du renouveau de la philosophie, du succès du développement personnel et de la spiritualité. N’oublions pas, cependant, que le simple fait de se poser cette question est l’apanage des riches, ou du moins de ceux qui n’ont plus à lutter pour leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 18 février 2010

GEOGRAFIA DE LA AURORA

Y las piedras preciosas, esas grutas de esmeraldas que nacen en sueños y al soñante acogen tan de verdad que éste conserva en la vigilia las huellas del tacto, a veces hecho memoria tanto o más que un lugar simplemente natural; y el color que sin nombre sostiene la retina por años, por duraciones sin fin, ese color visto tan sólo en sueños y ese felicísimo estar en la gruta, y aun el poder volver a ella encontrándola en tierras lejanas bañadas por otra luz. ¿Cómo suceden, cómo están ahí asequibles aunque no enteramente, y sin sombra... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 18 février 2010

ABÎMES Chapître XI

Nous sommes à la merci d'images qui n'ont aucune source visuelle en nous. Nous avons vécu avant de naître. Nous avons rêvé avant de voir. Nous avons entendu avant d'être sujets à l'air. Nous sommes entrés en contact avec le langage avant d'être envahis par le souffle. Nous avons été soumis aux noms et aux mots avant d'accéder à la maîtrise vocale. Nous avons prononcé et articulé ces mots et entonné cette langue par sidération maternelle. De la même façon, la société où nous allons pénétrer, la langue à laquelle nous allons obéir, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 18 février 2010

LA PAIX...

Devant les perspectives terrifiantes qui s'ouvent à l'humanité, nous apercevons encore mieux que la paix est  le seul combat qui vaille d'être mené. Ce n'est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l'ordre de choisir définitivement entre l'enfer et la raison . ALBERT  CAMUS .
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 18 février 2010

NO INTENTEMOS EL AMOR NUNCA

Aquella noche el mar no tuvo sueño.Cansado de contar, siempre contar a tantas olas,quiso vivir hacia lo lejos,donde supiera alguien de su color amargo.Con una voz insomne decía cosas vagas,barcos entrelazados dulcemente en un fondo de noche,o cuerpos siempre pálidos, con su traje de olvido viajando hacia nada. Cantaba tempestades, estruendos desbocadosbajo cielos con sombra, como la sombra misma, como la sombra siempre rencorosa de pájaros estrellas. Su voz atravesando luces, lluvia, frío, alcanzaba ciudades elevadas a nubes,cielo... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 18 février 2010

PABLO !...ET LA POESIE ACCOURT AVEC SES MAINS DE QUARTZ

Pour Pablo Neruda .Et si nous sommes la même plante est-ce seulement nos racines,Pablo, qui se touchent ?…Depuis les marches de la distanceet à travers les éclairs de la nuit qui s’abattent sur l’océan…je crois reconnaître…un fervent amant de l’amour absolu – sans mesureun amant passionné du danger de l’amour, un danger indomptépareil à l’assassin qui se met à dévorer ses victimesun amant englouti dans la jouissance amère des désespérésmais fou du feu et de la tendresse d’un amour : tour invisiblequi tremble dans la fuméed’un amour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 18 février 2010

QUATRE QUATRAINS POUR OMAR KHAYÂM

Je lève à toi ma coupe Omar KhayâmPrécieuse poussière de NichapourFrère de Baudelaire, mon amourQui enivras de poésie mon âme Hélas! Si l’on m’avait prédit qu’un jourJ’irai zoner si loin de NichapourJ’aurais pris une poignée de sa terreLes os de Khayâm pour Apollinaire Point du jour à l’horizon du hasardBreton, je sais, tu aurais aimé OmarLibre-penseur, libre-rêveur de l’artD’aimer la vie avant qu’il soit trop tard Il était un grand poète autrefoisDébut et fin de la vie comme neigeKhayâm, je crois te lire en BonnefoyLa poésie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,