jeudi 4 février 2010

LE FLEUVE DETOURNE...Extrait

      - Toi qui es mon fils, tu me diras la vérité. Car à ma question répétée, je n'ai pu obtenir nulle réponse. Que s'est-il passé au pays ? Pourquoi les oiseaux ont-ils disparu ? Pourquoi construit-on des ponts sur des rivières mortes ? Pourquoi les paysans se laissent-ils lentement transformer en statues de pierre ? Pourquoi les morts refusent-ils de témoigner ?       - Qui te dit que je suis ton fils ? - Tes yeux.       - Tu divagues, l'homme. Tous les désespérés ont mes yeux. Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 4 février 2010

L'INVENTION DU DESERT...Extrait

Il y a toujours dans le groupe en marche (en fuite?) un jeune homme à l'esprit délétère qui porte, en plus du poids du ciel affalé sur le désert, une peine supplémentaire – dans les couloirs de sa tête des milliers de battements d'ailes, des pâturages sans limites, des filles aux lèvres fruitières. Il connaît déjà la mer, la vastitude de l'eau dansante et l'écartèlement des rivages. Une solitude l'enveloppe, lui tisse une aura d'étrangeté, l'exclut de la caravane. C'est pourtant à lui de trouver l'eau, la parole qui revigore, c'est à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 4 février 2010

L'EAU DE LA MEMOIRE DANS UN SABLIER

Tambour d’Afrique et flûte de berger              lyre de reine des Aurès et voix d’ange andalous              la langue de ma mère court              comme une flamme semeuse de galaxies              la langue de ma mère…              et la terre de mon père entre la   mer et le  désert     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 3 février 2010

POUR HAÏTI

Les voiles de la mort sont venues à nos portes. Les vagues de la terre ont poudré les visages. Le ciel est trop petit pour accueillir les morts et les rues hurlent comme des fantômes blessés sous le masque des vivants.Haïti !Haïti !Au visage de cendre, au ciel couvert de sang, prie d’une voix somnambule la poussière des dieux.Il y a une nièce, une sœur, un père dont l’absence nous hèle. Ils habitent l’invisible dans un décor de mouches.Il y a ceux qui dorment debout ou à même les trottoirs. Leurs yeux calcinés refusent de se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 3 février 2010

ELECTRE...Extrait

- Comment cela s'appelle t-il, quand le jour se lève, comme aujourd'hui, et que tout est gâché, saccagé, et que l'air pourtant se respire, et que tout est perdu, que la ville brûle, que les innocents s'entretuent, mais que les coupables agonisent, dans un coin du jour qui se lève- Cela a un très beau nom. Cela s'appelle l'aurore....JEAN GIRAUDOUX.
Posté par emmila à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,